22/11/2016

POIL AU TABLEAU

 

poil au tableau.png

 

 

 

 

 

 

 

Ça vous met les nerfs
En cracotte,
Scie de Gotainer
Pas si sotte
Qu'elle n'en a l'air,
Une cocotte
En papier de vers
Qui zozottent,
Et nous envoie faire
En trois notes
Un looping dans l' hier
Qui nous botte
Le cul sans manières
De pilote
First class aux trop fiers
Tours de glotte,
Ce n'est rien qu'un air
Sans calotte
De vertu glacière,
À culotte
De cheval aux fers
Qui nous trottent
Et portent bon nerf
En compote
Aux têtes d'équerres
Ou linottes 

 

edouard_divers22

22:35 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/01/2016

SEUL DANS MON LIT (CHANSON)

 

Dans mon lit ce cor d'hallali
Qui me sonne quand tu te casses
Et j'ai beau recoller les bris...
Jamais tu ne me brise-glaces

Quand tu te casses t'en as plus rien
A foutre du plumard tout sec
Dans lequel j'amorce un refrain
Pour nous recoller, sex break !

Personne personne
Dans mon lit
Résonne et déraisonne
Mon ennui

Tu ne me laisses même pas un tube
De glu pour me coller-serrer
Des muses en last minute, succubes
Comme des mouchoirs à merdier

Et Léo Ferré n'en a cure
Sur le platine du temps qui fuit
comme un sioux (see you) , à toute allure
Qui me dépasse aujourd'hui

J'en ai ma claque un valium
En cognac, décoller first crasse
Dans le t'en-fais-pas d'un big somme,
Moi + toi l'addiction salace

Personne personne
Dans mon lit
Résonne et déraisonne
Mon ennui

Je glande à part et bande avide
De toi qui me remplis encore
La bourse ou l'envie, c'est le nord
Que ma chanson perd, un bide

Je vais pas cartonner Top Ten
Ça pleure trop sur mon nord rayé,
Et mes cartons d'hier dans la benne
Finiront en papier mâché

 

dyn002_original_117_90_gif_2554498_4ab3cbc9db43e566d025c4a06d7a95b6.128.gif

20:50 Écrit par EDOUARD dans Amour, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/11/2015

RENAISSANCE

A mi-chemin de la vie,
Je m'accroche encore
Au fil du temps vert-de-gris
Qui me soûle à mort,
Et le vertige qui s'ensuit
Me projette un sort,

Un sors de là triste Eddy ,
Et plonge à l'aurore
D'un matin neuf qui s'enfuit
Vers l'horizon d'or,
D'originale eau-de-vie
Pour y pécher fort
Doux poisons jamais farcis
De clichés, trésors
D'un bel avril infini
Qui défie la mort
Et la vie de pacotille

dyn002_original_117_90_gif_2554498_4ab3cbc9db43e566d025c4a06d7a95b6.128.3.gif

00:12 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/08/2015

ESCAPADE NOCTURNE

 

jimi-hendrix1x.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

En ronds de fumée bleu-je-veux,
Ma vie se volute à minuit,
Flottant comme au vent les cheveux...
D'une jument-foutiste hippie.

Dans un élan paradoxal,
Tout en ombres et jeux de lumières,
C'est à cheval que je m'emballe
En rêve et galope vers hier..

Hier et ses lumineux rocks
Fouettés par des vagues éphémères,
Et la marée haute à Woodstock
Où je me noie la terre entière.

Un radeau médusant les sens
Envers et contre tout demain,
De naufragés qui flottent en transe,
Me déride en un tour de main.

Brouillant mes neurotransmissions,
Hendrix allume un nénu-phare
Pour m'aiguiller le crâne en son
Batraciel où fume un thé tard.

Un soleil alors au zénith
Me tend son rayon le plus chic,
Et je slalome à la va-vite
Entre parenthèses amnésiques.

Puis je me plante en parasol
Sur le plancher des taches au coeur ;
Couché sur le do(s) si la sol,
Je redescends vers l'aube en pleurs..

edouard_divers22

 

 

A 50 BORNES AU COMPTEUR

 

 

Livresque ivresse ou presque,

Je me noircis de frasques

Le blanc des nuits, est-ce que

Je déraille sous le casque

De mots tard couchés sur

Mon écran total blues

En cuir à neuf, dur

Hell's Angel j'épouse

Une vie de rêve à sang

Et à feu je me roule

Des mécaniques avant

De me la couler cool

En chevauchant de purs

Sangtiments sans la bride

Au cou sans les ratures

Et les clous de mon vide

Extérieur je m'invente

En mots tôt nés, nus phares,

Je déroule à cinquante

Un parcours d'avatar

Loin du jour qui me plante...

La nuit me redémarre

Et j'écrase, âme flottante,

L'asphalte au clavier noir.

 

edouard_divers22

 

 

 

22:43 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/05/2015

CHACUN SON CINOCHE

 

On prend son pied dans les flaques
En claquettes, à cloche-pattes hop là !
On éclabousse en choeur un cloaque..
On fait son cinéma !

On perd pied, on plonge on plaque
Un asphalté quotidien plat;
On s'éclate en bouse ou cadillac..
On fait son cinéma !

On couche en pieds des vers cracks
Ou des rimailles qui tombent à plat;
On s'égrène en blues ou valse à couacs..
On fait son cinéma !

On fuit guêpiers, sombres arnaques,
Et le bourdon de raplapla;
Ou on se terre en mode ma-claque..
On fait son nid chez soi !

 

edouard_divers22

 

22:52 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Général, Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

13/04/2015

RENAISSANCE

 

Ça ne tient pas debout,
Mais ça me vacille bien,
Ces songes enflammés d'où
Jaillit l'éclair en plein
Noir hivernal à coups
De vers bien frappés bien
Remplis d'un avant-goût
De printemps, tout empreint
De bonjours, bourgeons fous
Comme au premier matin,
Au premier rendez-vous
Avec un soleil plein
D'espoir en rayons sous
Le brouillard en chemin
Vers le pré vert où tout
Est rosée, flore et vin,
Poésie à dix sous
Qui dissout l'être éteint,
Qui découpe un bambou
A coups de mots bambins

 

edouard_divers22

 

 

 

 

 

 

 

 

19:04 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/03/2015

A LA GARDIENNE - RESURRECTION

 

 

Ici pas le pa-
radis, j'ai radié
De la vie le plat
Le plus juteux, mais..

Il me pleut du rêve
Depuis le judas
D'un cachot qui crève
Mon coeur scélérat.

Vos coups d'oeil espacent
Mes instantanés
De trombes un peu crasses
En fausse liberté..

Je ne me vois plus
Bras vengeur et lourd
Des années perdues
Pour un nœud d'amour.

Mon esprit s'évase
A votre parfum,
Qui le blues écrase
Aux cieux d'un jardin..

Céleste aquarelle
D'eau bleue comme un son
De fleurs qui m'appellent,
Tiges en suspension..

Je m'accroche au vert
Que me tend votre âme
A pétales, et j'erre
Loin du macadam..

Enivré je plane
Au mépris du gris,
Et plante en cabane
Mon gr
ain de folie.

 

edouard_divers22

 

18:22 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Amour, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

APRES CHARLIE

cabu.jpg

18:18 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

24/11/2014

A TOI BEL ANGE

 

Quand mon soleil émoticon

Te tague un smiley qui rougit, 

Quand il textote en doux rayons

Sur ta vie mate une embellie,

 

Tu t'allonges en lisant des rêves

À venir sur le sable fin

De mes p(l)ages aux marées sans trêve,

Marées d'amour, noyé chagrin.

 

Et en un éclair qui lézarde

Ton mur du songe où pleure un ange,

Tu graves à l'or sans une écharde

Un tatouage en bel échange.

 

En brise-larmes un coquillage

Bat des L à ma gourde oreille,

Love Love à l'ancre folle, en nage

Pour gagner ton havre vermeil. 

 

dyn002_original_117_90_gif_2554498_4ab3cbc9db43e566d025c4a06d7a95b6.128.gif

16:20 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Amour, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

NIGHTS IN BLACK SATIN

 

KAN DI.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Mes nuits...

 

Au rideau de rose à tringler,

Au bandonéon solitaire...

Au pinceau d'étoiles, au plafond d'acier,

Au pain qui s'étiole en plats d'air...

Aux elfes ondulant

Mes hémisphères gauches,

Nuits aux fers luisant

De sobre débauche,

Ou de came isolant

Mes sangles d'espoir

Qui fait vivre les vers

En m'en vidant,

En les couchant,

En m'y noyant...

Nuits de satin blafard,

De Black Spirit, et blanc c'est noir,

Atrosphère atrosphère...

Nuits de cinoche,

Suie de si moche,

Et nuits d'aigreurs à trop s'en faire,

De timbale en veilleuse,

Et l'espoir se décroche

Des blondes à goudron

En volutes amoureuses,

Bulles à partitions

-Si sol si las si faux-

Crevées de croches, crevant mes poches,

Et qui éclatent en  petits zéros

Quand le jour approche...

Nuits de secondes en gros

Qui s'accrochent aux hublots

Avec vue sur l'absence

Pour les siècles des cercles

A venir...

Nuits aux cercles bleutés,

-Fumigènes de l'oubli-

Sans gène et sans plaisir,

Nuits d'instantanés

Sitôt clichés jaunis...

Nuits de points sur les

"a","o", "e", "u", "é",

Mais pas sur les "i".

 

edouard_divers22

 

peinture ci-dessus: Kandisky Wassily "Les Cercles"

16:02 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

UN ACCORDEON

 

Un homme avait le cœur accordéon. Sa femme en jouait comme une virtuose. Elle l’étirait, le resserrait à sa guise, tout en lui titillant les pointillés du spleen, et l’homme en était fort aise.

Les sons qu’il produisait faisaient danser les couples en goguette, et les cocus rougeauds de piquette.

Au son de l’accordéon, bien d'autres cœurs chaviraient pour engloutir tel ou tel chagrin, puis se redresser à la vague en crête de bonnes vibrations.

La femme à l’accordéon parfois se laissait distraire par un bellâtre coq filou, et c’est l’accordéon qui perdait le fil. Le fil de la partition. Et de couac en couac, au diapason des ivrognes titubant leur vie mono très bas de gamme, l’instrument se noyait dans les brouhahas des railleurs en brouet, s’écorchant dans les aigus tranchants, comme un trombone à coulisse de théâtre en triste accordéon déguisé.

Alors la femme se mit en colère, et l'instrument, abandonné sur un trottoir par un soir de lune houblonde, perdit ce qui lui restait d'assurance. Il se sentit tout petit, et se recroquevilla à tel point, qu'il en devint bandonéon.

Une dinde en jarretelles et talons aiguille, qui se dandinait par là, lui dit : « tu montes ?» 

Il répondit « oui, mais pas dans les aigus, car j’ai le vertige. Le vertige de l’amour qui rend bête et qui tue. Comme un saut à l’hélas-tique au cœur, en veux-tu ? »

 

edouard_divers22

 

15:44 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Général, Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

A MA FLAMME

 

 

Je suis l'homme d'une seule flamme

 

Qui rougeoie de simple joie,

 

Qui ondoie du bout des doigts,

 

Qui ondule entre mes riens,

 

Qui me va, me vacille bien !

 

 

 

 

 

15:28 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

CHANSON DE L'HOMME-CHAT

17915aaaa

 

Un de ces quatre vents,

J'irai flotter léger

Comme un moineau couvant

Le froufrou du péché:

 

Au sirocco grenat,

Pour soigner le matou

Sommeillant pâle en moi

Sous les coups de grisou...

 

A l'autan blanc d'oubli,

Pour me griser le temps

D'un inconnu coulis

De nue au paravent...

 

Au zéphyr, à l'abri

Des cons voyeurs chagrins,

Souffler chauds gazouillis

Dans un cou clandestin...

 

Au simoun, aux confins

De moiteurs oasis,

Aussi loin du train-train

Qu'un raï au ras des cuisses.

 

Puis reprendre un destin

De chat grinçant les dents

Quand la faim lui revient

D'un moineau plumes au vent.

 

edouard_divers22

 

15:17 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

FREEDOM

 

 

 

 

Freedom : la liberté

 

 

 

Est fruit d'homme à croquer

 

 

 

Quand on file à l'anglaise

 

 

 

Loin des trop droits sentiers

 

 

 

Sans fins cristaux ni braises,

 

 

 

Quand on s'envole en pieds

 

 

 

De poésie incarnée,

 

 

 

En défiant les falaises !

 

 

 

edouard_divers22

 

15:06 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |