29/03/2012

REVE

th_edouardsmoke-1blue.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Je prends mon petit-dèj
 Au buffet de ton cul,

 Dans mes nuits gorge sèche,
 Dans mes rêves éperdus..

 Puis me plante aux arpèges
 D'un matin qui me tue,
 L'inachevé cortège
 De nos secondes aiguës..

 Pièce montée de toute fraîche 

 Espérance en laitue,

 Lunch au vert et je lèche
 Un plat de passé cru..

 Midi prend son temps, pêche
 A ta ligne dodue;
 Midi, ciel de flammèches,
 Flashback en garde-à-vue..

 Retour à ton manège,
 Aux flonflons de berlue,
 Pommes d'amour et que sais-je,
 Un soupçon d'inconnue..

 Des nocturnes en calèche
 Pour un dîner aux nues,
 Ainsi Chopin nous piège,
 Un bleu nuit s'insinue..

 Claque en bouchon de liège,
 Fin champagne au menu,
 J'ai chopé ton Courrèges
 En lunaisons goulues..

 

 Et rien qui ne dépêche

 A goûter la ciguë
 D'un réveil sur la brèche
 Où ma faim continue.

 

edouard_divers22

 

15:43 Écrit par EDOUARD dans Amour | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

14/12/2011

FOLON D'HIVER

folon011.jpg

 

 

 

 

 

J’avance en chantant, je dénote,

Au passage une fleur m’accompagne,

Ouvre corolle et mes quenottes

Esquissent orchestre de cocagne.

 

Au passage une fleur m’accompagne,

Et son vert tige ondule au gré

De ma saison d’espoir sans pagne,

Où l’hiver se paye un été.

 

Parenthèse off dans la portée

A la clé des chants magnétiques,

Où l’hiver se paye un été,

Se déniche un coin de tropique.

 

A la clé des chants magnétiques,

Un bouquet de nobles serrures

Et de fioles au blues électrique

Appellent en chœur un voleur pur.

 

Un bouquet de nobles serrures,

En vœux de clés pour feux follets,

En vœux de pieu pour mes sonnets

Coucher, se comptinent à l’azur.

 

En vœu de clé pour feux follets,

Je vole en draps de vocalises,

Et mon linceul a l’air parfait

D’un bonheur-né pour fleurs de brise..

 

edouard_divers22

 

11:46 Écrit par EDOUARD dans Amour | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |

05/10/2011

AVEC ET SANS

 

Avec toi le sexe,
Un coucher de soleil
Et la lune en réflexe
Entre deux rayons veille
 
Avec toi la baise,
Un rocher qui prend feu,
Mille éclats dans la braise
De ton cul, de tes yeux 
 
Avec toi l'amour,
Un clocher sans le son,
Vibrations pour un sourd
Popol qui en dit long
 
Avec toi la mort,
C'est un lécher d'extase,
Qui se chante en nos corps,
Concert à métastases

Et sans toi l'amer
A sécher, l'oraison:
Des bouteilles à mots clairs,
Maux dedans à la con

 

edouard_divers22

 

12:25 Écrit par EDOUARD dans Amour | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

14/10/2010

PSYCHE

 

edouard.jpg

 

 




 

 

 

 

Neutre miroir tel est mon prochain ;

Je m’y poudre en fumée la mèche

Et je n’allume ô n’allume rien,

Son cuir un peu poulpeux m’empêche.

 

Cuir écervelé, couenne à cratères,

Il guette en moi reflets de lune

Et lumière éteinte, il me faut taire

Un soleil pleuré sans rancune.

 

Ainsi dans l’obscurité si nue

Pour qui chérit les apparences,

Un doute en émoi-même insinue

Son philtre à frileuses espérances :

 

Poisson love à la station d’avril

Où mon train-train file et découvre

Un millier de clones au passage, il

Faut que j’allume un coin de Louvres

 

A moi, les autoportraits blafards,

Je les fixe en croix dans l’espace

Etriqué de ma piaule et le noir

Se casse en blanc d’aveugle classe !

 

Je voudrais te fracasser ma gueule,

Miroir informel et sans teint,

Mais tu me suis, blême ombre linceul,

Vers le palais des glaces au loin.

 

edouard_divers22

 

16:42 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (26) |  Facebook |

29/09/2010

CHEZ LES FRERES MARISTES

edouard.jpg 

 

 

 

 

 

L’école avait l’épreuve au long cours,

Des bibles-fleuves à nous assommer

De classique emphase et règles pour

Nous asphyxier le souffle en apnée.

 

L’école avait du leurre à sonner,

Des cloches aussi pour l’ado sorcier

Qui, fleur idyllique entre les dents,

Se buissonnait, stylo-feutre ardent.

 

L’école avait ses tables de loi

Gravées par des Moïses en réverb’,

Et ses lugubres fables de croix

Plantées dans la mouise ourlée de gerbe.

 

L’école avait l’accent très pointu

Sur la délation qui rien ne sauve,

L’école avait d’autres attributs

Pour assujétir en quelqu’ alcôve.

 

L’école avait ses chatouilleurs,

Ses gras caresseurs d’épithètes,

L’école et ses chanoines en pleurs

D’extase au clou des blondes têtes.

 

 

edouard_divers22

12:20 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

23/09/2010

UNE GITANE

normal_Gitana2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Je dis bohème, 

Et c’est un léger parfum cannelle, 

Une pincée de jument sans selle, 

Guitare andalouse à débrider, 

La sensible corde à liberté… 

  

Je dis danse et aime, 

Et c’est la fleur sarabande 

Aux quatre vents qui l’essaiment, 

Un levain de contrebande 

Qui m’appâte à mi-carême…

 

Je dis ton nom Sarah,

Et c’est une eau vive en cascade,

Ivre crinière, aurore à boire

Ondoyant lueurs en prémices,

Un soleil nu qui danse aussi...

 

Je dis aurore,

Vous n’y voyez que dalle,

Et c’est pavé de rêves

A larguer mes amarres,

Un pavot nénuphar

Dans la mare aux clonards,

La pavane infante à mon crépuscule oubli .


edouard_divers22


 

 

12:50 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

20/09/2010

LIBRE CREATION

 

 

 

 

Il y a des poèmes à vivre qu'on n'explique pas,
Comme des cristaux satinés, des vers à soie,
Tremblants sous les faisceaux drus de la raison,
Il y a des trésors en ces poèmes-cocons.
 
Il y a des trésors impalpables et sublimes
Aux cannabyssales impulsions de l'âme,
En vers fumés qui de prime abord ne riment
A rien de vif aux lucidités de lame.
 
Il y a des vides armures, brise-âmes en carrés,
N'estimant bien que les coquilles nettes et claires,
Et quand dans une ode à contre-lune inversée,
Ils ne voient que dalle alors je me décratère.
 
Il y a des pavés zébrés d'azur à gagner
Dans le flou verbal de libres mosaïques,
Et des rêves au soleil empapillonnés
De toute union volatile et sans logique. 

 

edouard_divers22

 

 

12:57 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général, Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

16/09/2010

CAFE D'UN MATIN MUSICAL

 

 

nourriture_091.gif

 

 

 

 

 

Un ciel grisé se déshabille,
Envoie valser ses blancs nuages;
Un cumulus il sème ainsi
Dans mon café d'âme à l'orage.

La cuillère en danseuse avec
Mes doigts de gracile indolence,
Reflète en son argent le nec
Plus ultra de simples espérances.

Les cristaux de sucre s'écrasent
Comme un voeu de printemps solaire
Au foyer crépitant ses phrases
Emmitouflées de blanc mystère.

Ca brûle au bord, je bois la tasse
En soufflant quelques cantilènes,
En larguant le nord à la brasse,
Lèvres expirant nuits porcelaine.

Me noyant seul en ce silence
Entrelacé de glacé crème,
Il me tient l’arôme et les sens
En cascades orientales essaiment.

Modulations d’arabical
Alcaloïde au spleen qui vibre,
Vers un paradis de spirales
Où la fumée danse en roue libre.

 

edouard_divers22

 

15:01 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

05/10/2009

UN CUPIDON

 

dyn005_original_150_200_pjpeg_2554498_3d17b7a7d0a8fa5839ce55e1d96003ec.jpg

 

 

 

 

 

 

Jardin d'Eden avec chapelle,

Un Cupidon rêvait tout nu

D'éterniser un arc-en-ciel

Pour ébahir les coeurs perdus

En leurs déluges post-rupture

De souvenirs intempestifs,

Qui les font trembler sous l'azur

Et veiller longtemps nerfs à vif...

 

Il faut réparer les dégâts,

Se dit l'aveugle archer d'ivoire;

Mais comment Dieu gonfler de joie

Les coeurs en noir, les coeurs-passoires?

Ses flèches au pif il décochait,

A tire-larigot sans y voir;

Les coeurs gros bien sûr se trouvaient

Plus souvent sur leur trajectoire...

Bien plus souvent que ceux de pierre,

Fins cailloux sans autre valeur

Que leur bien-être à ras de terre,

Le blé est roi, l'amour se meurt...

Blé sans Amour...maigre pitance!

Amour sans blé, parfois Byzance...

Mais l'ange fut pétrifié de voir

Qu'Adam et Eve se font si rares!

 

Statue au charme désuet,

Il rêve alors d'un arc-en-ciel

Qui à tout vie redonnerait...

Amour et jouvence éternelle.

edouard_divers22

dyn005_original_260_201_pjpeg_2554498_cc8705558134c1165e1642ef7dacb50b.jpg

 

14:52 Écrit par EDOUARD dans Amour | Lien permanent | Commentaires (21) |  Facebook |

01/10/2009

PANNE

 
offrepppaaa
 
Sofia sans soucis,
Si souvent fati-
guée moi je pleurniche,
Et chienne elle s'en fiche...
Fichu coeur de chiffe
Molle à son corps dif-
férent des canons
De beauté, je fonds...
Je fonce à l'appel
Des bises à la pelle,
Pour m'oublier dans
Ses sables mouvants...
Vampire et meilleur
Qu'un diable j'aspire
Alors la candeur
Des joues cramoisies...
Zig-zag à deux doigts
Du noir isocèle,
Je caresse un bas-
ventre sous dentelles...
"T'es le roi" dit-elle
Entre deux frissons,
"J'ai froid limaçon,
Deviens ma chandelle!"...
Elle s'endort en pé-
tard mouillé sitôt
Fini mon ciné...
Bandomètre à zéro.
 
edouard_divers22

 

14:53 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (19) |  Facebook |

05/03/2009

PANNE

 dyn001_original_100_100_pjpeg_2554498_a22a261de931ce3c2b5757655b5163ee.jpg

 

 

 

 

Sofia sans soucis,

Si souvent fati-

guée moi je pleurniche,

Et chienne elle s'en fiche...

Fichu coeur de chiffe

Molle à son corps dif-

férent des canons

De beauté, je fonds...

Je fonce à l'appel

Des bises à la pelle,

Pour m'oublier dans

Ses sables mouvants...

Vampire et meilleur

Qu'un diable j'aspire

Alors la candeur

Des joues cramoisies...

Zig-zag à deux doigts

Du noir isocèle,

Je caresse un bas-

ventre sous dentelles...

"T'es le roi" dit-elle

Entre deux frissons,

"J'ai froid limaçon,

Deviens ma chandelle!"...

Elle s'endort en pé-

tard mouillé sitôt

Fini mon ciné...

Bandomètre à zéro.

 
 

 

edouard_divers22

 

 

 

 

 

 

 

13:57 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

09/09/2008

GENS TERNES ET FEMMES LAIDES

pensée 16.jpg

 

 

 

 

 

 

 

pensée 30.jpg

11:47 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (35) |  Facebook |