13/04/2015

RENAISSANCE

 

Ça ne tient pas debout,
Mais ça me vacille bien,
Ces songes enflammés d'où
Jaillit l'éclair en plein
Noir hivernal à coups
De vers bien frappés bien
Remplis d'un avant-goût
De printemps, tout empreint
De bonjours, bourgeons fous
Comme au premier matin,
Au premier rendez-vous
Avec un soleil plein
D'espoir en rayons sous
Le brouillard en chemin
Vers le pré vert où tout
Est rosée, flore et vin,
Poésie à dix sous
Qui dissout l'être éteint,
Qui découpe un bambou
A coups de mots bambins

 

edouard_divers22

 

 

 

 

 

 

 

 

19:04 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour,
Eh bien voilà ! Il est très joli ton poème.
Je retrouve le jongleur, le peintre des mots.
C'est cool !
Bonne journée et bonne continuation.

Écrit par : Rafaël | 15/04/2015

Explosif et dynamique comme le vaillant printemps !

Amitiés,
Marc

Écrit par : Charlier | 03/05/2015

Les commentaires sont fermés.