07/04/2014

ALCOVES

 

Dans les alcôves on secrète

Un jus de fruitées colombes,

Un don de soi qui se prête

Aux jeux de lumières et d'ombres.

 

Dans les alcôves on se crèche

En chairs à pécher le bon,

Se mire hors-cadre et se lèche,

Et s'encense en ascension.

 

Dans les alcôves on s'accroche

En tringles à rideaux brise-vitres;

On est voilages et valoches

A l'oeil, on se pointapitre.

 

Dans les alcôves on cisèle

Un diamant de sel volage;

On se roule des archi-pelles

Cunnilingues à coquillages.

 

Dans les alcôves on se zèle

A renverser la vapeur

Tiédasse des grisailles fidèles,

A rebrousse-poil, jungle au coeur.

 

Dans les alcôves on s'isole,

Kiosques aux tabous tamisés,

Où baille un blues voluté...

Du saint coït, l'auréole.

 

 dyn008_original_200_136_pjpeg_2554498_620bd7fc7667e0a1d06deb60b33a798d.jpg

 

 

 

 

 

 edouard_divers22

 

 

 

17:14 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Un petit air des "fleurs du mal" ?

Moderne et joliment dit !

Amitiés,
Marc

Écrit par : charlier | 14/04/2014

d'abord, très très beau texte, j'ai fermé facebook, ras le bol des beaufs, des vides, des tarés, mais j'y ai de bon amis et excellents auteurs, toi, je t'avais sur mon over-blog, c'est la raison pour laquelle, je passe pa toi pour dire à Christinou (Wagner) que je frisais le burn-out depuis un bout de temps, entourée de cons, m'empêchant de venir lire mes amis doués, comme toi et d'autres, de plus je publiais la même chose ici, et là-bas, ce soir, j'ai déconnecté, je ne suis plus que sur OB, trop fatiguée pour assumer les 2 et surtout la bêtise, si tu modères les commentaires, ne fais pas apparaître celui-là, sinon c pas grave, tu publies, je te remercie et te fais de gros bisous , cher Edouard
sarah

Écrit par : sarahfrane | 13/06/2014

Les commentaires sont fermés.