12/06/2013

DEGRINGOLADE EN CRESCENDO

helterkelter12ggg

 

Un halo de lune à se noyer dans Chopin,

Un allume-espoir en nocturne parenthèse;

Oubli des moisissures, oubli du moi si vain,

Piano blanc qui dénote à ma sombre cimaise...

 

 

Deux pointures à l’huile au star-system vegetal,

 

Deux cœurs fondus la nuit tombée des nues bleutées;

 

Souvenir d’une essence et naissance automnale

 

De la nostalgie d’eux confondants de beauté...

 

 

Trois coups de théâtre à donner la chair de poule

 

Au lever d’un rideau-velours, trois coups de gong,

 

Sur étroit plancher craquant de vérités soûles

 

Et scènes à venir au seuil de ma nuit trop longue...

 

 

Quatre mains désunies en d’égoïstes prières,

 

Quatre paumes un peu paumées qui ne se raccrochent

 

A rien sinon le téléphone arabe envers

 

Et contre tout sens, on se signe en lointains proches...

 

 

Cinq doigts pour un tracé refaire et ses non-dits

 

Laisser transpirer dans la fièvre à mots-déclics

 

Et les claques à l'impasse en trouble poésie,

 

Comme une eau saumâtre s’épure et me noie chic.

 

edouard_divers22

 

  

 Slidheltyerskelter6eeeee

 

 
 

16:15 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

SUR UN AIR DE STEVIE WONDER

alldaysuckera

 

                

                    I

 

All Day Sucker, trip hors du temps,

Et ses fragrances ondulatoires;

Pour un éroticket gagnant

Quoi de plus fin, quoi de plus rare?

 

La fille que je croise au hasard

De mes errances mélomanes,

Epouse en sa splendeur à part

L'air de Stevie, céleste manne.

 

Ma voix grave imprimera-t-elle

En sa mémoire et ses entrailles

Des fulgurances ascensionnelles,

Calice in Wonderland en braille?

 

Aveuglé par ses atours nobles,

Tâterai-je un jour le terrain

Tout en promesses tel un vignoble

Au coteau d'or, entre ses reins?

 

 

                   II

 

Ah butiner son entrecuisse

Et goûter miel en son calice !

Sois ma femelle, be my Queen Bee,

Filons à l'anglaise au candy,

 

Au sucre d'orge et pommes d'api

D'un noble verger, paradis

Sans tabous de serpent vicieux,

Boutons le feu à l'entre-deux !

 

Au diable le dieu castrateur,

Et ses psaumes à chier des pendules !

Que l'orgie des sens à toute heure

Nous laisse éclore en renoncules,

 

En boutons d'or à tamiser

Dans le philtre d'amour sans voiles,

Bouquet de translucidité

Pour se cueillir dans les étoiles.

 

 

                    III

 

Pleins et déliés de langue agile,

Erogénialissime en plein

Dans la nuque en plein dans le mille

Vers le vide aérien, tremplin.

 

Des galaxies de mort petite

Se profilent en nos langueurs d'ondes,

Un aller simple pour le clit'

En quelques siècles de secondes.

 

J'hydroglisse en ta vulve un doigt,

Le majeur, et nos entrelacs

De frissons bientôt me foudroient,

Mon pal est raide et plein son sac.

 

Et tu te paumes au renflement

De mon falzar avec ta main

Presqu'hésitante en faux-semblant,

Coquin-maillard bien féminin.

 

 

                    IV

 

Par ta chatte entrebaîllée,

Univers de chambre noire,

J'entrevois des voeux lactés,

Des voluptés de bougeoir...

 

Voeux de cierges à consumer,

Cieux de verges à brûler vif

Par le bont bout du QG,

Quêteur Glandu, cône à kif.

 

Mon Saint-Graal ce sont tes râles,

Hétéro-clit' goupillé

Comme un grenat magistral,

Clé de foutre escarbouclée.

 

Je veux bien me scarifier

Le membre en tes moiteurs tro-

picales, et trop piqué

Dans ma croco libido,

 

Te croquer la mignonette

A lèvres de communion,

A fièvre d'allez bandons

Dans l'abandon de soies fluettes...

 

Etre un velouté reptile

Qui s'insinue en ton con-

fort intérieur, baise en vil

Croque-au-ciel blanc d'ablutions.

 

 

                    V

 

Les yeux bandés je bois la vie

Tout en constellation d'extases;

Des philtres d'amour-amnésie

Me font renaître en fier Pégase.

 

Alors j'oublie chevaux de traits

Du passé, sinistres écuries

Et leurs juments sans autre attrait

Qu'un gros cul passant mes envies.

 

Couleurs passées, je m'étiolais

Aux abords d'un gouffre en grisaille

Et la soul music irradiait

De quoi survivre vaille que vaille.

 

L..L.Lady  S..Sucker, p..pyrotechni-

colore..mmh..moule et bouffe-queue..,

V..han..pirise  mon s..ssubstanti-

f.fique cierge à mmm..moëlle..NOM DE DIEU!

75910467uu

 

                          

edouard_divers22

 

 

16:03 Écrit par EDOUARD dans Amour, Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

SEMAINE A CHIER DU DR FUCK

 

 

Lundi:

Je me lève et me bombe les côtelettes. J'astique mon lance-croquettes pour jolis minous, puis, devant la glace, me tire des langues de chat en guise de grimaces. D'un geste gluant, je saisis le peigne pour me brosser les dents choconicotinées. Je teste ma truffe, en me humant les aisselles et leur délicat fumet: tant pis si ça les agace, moi ça me plaît.

Mardi:

Je me lève en tenue d'Adam. Avec un zeste de porc, je mâchouille et ravale ma peur de la chtouille, tout en achevant la cuisson au bain-marie d'une truie bien rose et verginale, croisée la veille dans un bouge -4 étoiles. Je la poudre de fond de thym, de persil, et la saupoudre aux quatre épices and love.

Mercredi:

Je me lève avec la truffe chaude: les carottes semblent déjà cuites. Ca sent le vinaigre entre elle et mes filets de bave. Elle s'égoutte parler, je l'envisage en diablesse et lui envoie des gousses d'ail dans le fondement sans vaseline du parler franc.

Jeudi:

Je me lève et, comme d'habitude, je me bous les testicules aux poëles Tefal de son QI frisant le ridicule. "T'es phallo, un facré phallo, mais ve t'aime", me dit-t-elle, cheveu gras sur la langue. Avec un peu de cognac pour la niaque, je lui poivre le muselard, et la saoûle en vain. Sa lucidité au citron me rend d'autant plus acide.

Vendredi:

Je me soulève à grand-peine, et sors avec la gueule de bois, le dos voûté comme par une invisible croix. En quéquête d'une greluche de rechange qui sent le poisson: ça fait chrétien. Mais vu mon peu de succès, je me sens crétin, voire crétois..presqu'un enculé quoi!

Alors samedi, je me farcirai quelques champignons hallucinogènes à la grecque et me tournerai vers La Mecque en bêlant: "qui m'aime me précède comme un berger son mouton".

Sinon dimanche, je fais la manche; Et me taille en Angleterre, my tailor is rich. Il paraît que là-bas, dans les maisons de passe-passe où le pognon part en fumée comme par enchantement, on a droit à la carte de fidélité: La onzième fleur de Mac Adam est gratuite, mais à prendre, hélas, avec un Rosbif de passage, en sandwich.

Et dans mon blues en folie post-coïtale, je lancerai à la cantonnade:

 

Tu débites un flot de mensonges

Qui commence à me les gonfler;

ça me gonfle comme une éponge,

Et pas question de la passer.

 

Va te faire voir avec ton ex,

Travaille un peu tes attitudes,

Avant que ce maquereau ne vexe

Un coeur si pute aux airs si prudes.

 

J'irai chasser l'amour ailleurs,

Dans le métro les bals forains;

Sans pour autant faire un malheur,

J'aurai des tickets c'est certain.

 

J'y chasserai la cannibale

Du sexe aux semblants de catin;

Chat baveux pour mon os à moëlle,

Coups de griffes moins chiens que les tiens.

 

Coups de griffes en signe d'extase,

Et pas derrière mon dos meurtri

Par toi, mégère qui apprivoise

Avec le fiel mes ennemis.

 

Pourquoi ce fiel à mon égard?

Si je m'en viens sur ton trottoir,

Gare à ta fiole, gare à ton fard...

Je vois déjà le gyrophare !

 

Puis, ma folie allant crescendo comme un orgasme de truie psychédélique, je soli-loque-rai mes déboires:

 

Ah crever la gueule ouverte, en gobant des mouches à la crème intestinale, façon caméléon se payant l'ultime gueuleton! Me fondre et me décomposer dans le décor, avec les vers qui chatouillent! Asticots blancs répugnants qui m'astiquent en vain le limaçon. Voir fondre sur moi les vautours de feues mes amours, les veaux d'or idolâtrés de mon passé bling bling. Sous la lune comme un ventre plein de salope spatiale, prête à mettre bas ses trompe-l'oeil romantiques, mettre en branle-bas d'escrime en rimes les poètes branleurs, émettre sur mes abats une lueur d'horreur. Sentir mon âme lourdingue décoller dans un vrombissment sourd de bi-moteur en déglingue, en route et biroute vers l'enfer hermaphrodite, où l'homme et la femme se confondent en un gros trou du cul sanguinolent, sucer les hémorroïdes expiatoires des anges déchus, puis m'éclater la panse cosmique en une myriade d'étoiles de merde. Mais il me faut vivre, hélas, encore et encore, et torcher les fions de mes chefs harengs saurs, car j'ai de la marmaille à nourrir, à voir grandir et vomir sur moi, père indigne qui les élève en pieds de vigne aux échardes et croûtes indélébiles !

 

edouard_divers22

15:53 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/06/2013

AVANT...

dyn008_original_120_120_pjpeg_2554498_9c261af9b84177d6fc09fc9dce1699b6.jpg

 

 

 

 

 

Je menais un train de vicelard,

Il a roulé quelques années...

Sur les quais flottaient les mouchoirs

D'éphémères mal aimées.

 

Camées d'un soir, en herbe stars,

Mineures parfois sans crier gare...

Tisons d'amour ou bien frigos,

Je les prenais sans distinguo.

 

Vidange! Et je pliais bagages

Pour ne jamais finir en cage

Ni déchaîné par un amour

Moins partagé de jour en jour.

 

Car j'en avais bavé, crapaud

Pour l'une et cochon pour telle autre...

Vrai, je n'étais pas Casano-

va ni l'avatar d'un apôtre.

 

Je fuyais torché cet enfer,

A cheval sur ma fantaisie:

Croisière en mer, croiser le fer,

Et mon désert serait l'oubli...

 

Croisière en mer avec sirènes

De ballets très éronautiques;

Croiser le fer en quarantaine

Avec le bon sens et l'éthique.

 

Viva la fiesta, sus aux cons!

J'ai failli perdre la raison...

La mer aux fabuleux poisons,

Me chantait: "Viens toucher le fond".

 

Mais l'amour vint tourner la page,

Alors la mer s'est retirée

De mes pensées, dans le sillage,

Mon train de vice a déraillé.

edouard_divers22

15:06 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

ANGE DECHU (?)

 

Je suis un ange

Aux ailes souillées,

Par une étrange

Envie d'errer...

 

Errer dans l'absence,

Le révolu,

Ce à quoi je pense

N'existe plus...

 

Je pense à ma pieuse

Et folle âme soeur,

Cherche ma Chartreuse

En d'autres liqueurs...

 

Mais leurs chants mielleux

Ont, pour ma fiole,

Un air de trop peu,

Voluptés frivoles...

 

Chansons d'âmes

En veine d'extase;

On se pâme,

Et puis l'on s'écrase...

 

Je crois en toi,

Fusée d'hier;

Je croise les doigts,

Fume des chimères...

 

Une eau limpide

Ruissellera

Dans mon grand vide,

Ma soif de toi. 

 

edouard_divers22

15:00 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

A RECULONS

 

dyn008_original_88_86_pjpeg_2554498_718ad92df7b3a1da5a64141eb280308b.jpg

 

 

 

 

 

 

Roulée dans la farine et l'or-

dure à cuir,

Bien roulée pour que bande encore

Un martyr,

 

Je l'avais tirée de la fange

Aux big macs,

Enfer de saumâtres vidanges

Et de crack.

 

C'était du pain bénit fine tranche

Hors-fourneau,

Pain de songe, hymne à tous les anges,

Mon credo.

 

De marie-salope en pervenche

Bleue d'amour,

Je l'émiettai par un dimanche

A rebours.

 

"Et ces ex croustillants, vieux manches,

Vieux croutons?"

Questions poudre au feu d'avalanche:

Ejection.

 

La belle a régné sur ma planche

A plongeon;

Ci-gît l'homme à l'araignée blanche

Au plafond.

 

edouard_divers22

 

14:53 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |