12/06/2013

SUR UN AIR DE STEVIE WONDER

alldaysuckera

 

                

                    I

 

All Day Sucker, trip hors du temps,

Et ses fragrances ondulatoires;

Pour un éroticket gagnant

Quoi de plus fin, quoi de plus rare?

 

La fille que je croise au hasard

De mes errances mélomanes,

Epouse en sa splendeur à part

L'air de Stevie, céleste manne.

 

Ma voix grave imprimera-t-elle

En sa mémoire et ses entrailles

Des fulgurances ascensionnelles,

Calice in Wonderland en braille?

 

Aveuglé par ses atours nobles,

Tâterai-je un jour le terrain

Tout en promesses tel un vignoble

Au coteau d'or, entre ses reins?

 

 

                   II

 

Ah butiner son entrecuisse

Et goûter miel en son calice !

Sois ma femelle, be my Queen Bee,

Filons à l'anglaise au candy,

 

Au sucre d'orge et pommes d'api

D'un noble verger, paradis

Sans tabous de serpent vicieux,

Boutons le feu à l'entre-deux !

 

Au diable le dieu castrateur,

Et ses psaumes à chier des pendules !

Que l'orgie des sens à toute heure

Nous laisse éclore en renoncules,

 

En boutons d'or à tamiser

Dans le philtre d'amour sans voiles,

Bouquet de translucidité

Pour se cueillir dans les étoiles.

 

 

                    III

 

Pleins et déliés de langue agile,

Erogénialissime en plein

Dans la nuque en plein dans le mille

Vers le vide aérien, tremplin.

 

Des galaxies de mort petite

Se profilent en nos langueurs d'ondes,

Un aller simple pour le clit'

En quelques siècles de secondes.

 

J'hydroglisse en ta vulve un doigt,

Le majeur, et nos entrelacs

De frissons bientôt me foudroient,

Mon pal est raide et plein son sac.

 

Et tu te paumes au renflement

De mon falzar avec ta main

Presqu'hésitante en faux-semblant,

Coquin-maillard bien féminin.

 

 

                    IV

 

Par ta chatte entrebaîllée,

Univers de chambre noire,

J'entrevois des voeux lactés,

Des voluptés de bougeoir...

 

Voeux de cierges à consumer,

Cieux de verges à brûler vif

Par le bont bout du QG,

Quêteur Glandu, cône à kif.

 

Mon Saint-Graal ce sont tes râles,

Hétéro-clit' goupillé

Comme un grenat magistral,

Clé de foutre escarbouclée.

 

Je veux bien me scarifier

Le membre en tes moiteurs tro-

picales, et trop piqué

Dans ma croco libido,

 

Te croquer la mignonette

A lèvres de communion,

A fièvre d'allez bandons

Dans l'abandon de soies fluettes...

 

Etre un velouté reptile

Qui s'insinue en ton con-

fort intérieur, baise en vil

Croque-au-ciel blanc d'ablutions.

 

 

                    V

 

Les yeux bandés je bois la vie

Tout en constellation d'extases;

Des philtres d'amour-amnésie

Me font renaître en fier Pégase.

 

Alors j'oublie chevaux de traits

Du passé, sinistres écuries

Et leurs juments sans autre attrait

Qu'un gros cul passant mes envies.

 

Couleurs passées, je m'étiolais

Aux abords d'un gouffre en grisaille

Et la soul music irradiait

De quoi survivre vaille que vaille.

 

L..L.Lady  S..Sucker, p..pyrotechni-

colore..mmh..moule et bouffe-queue..,

V..han..pirise  mon s..ssubstanti-

f.fique cierge à mmm..moëlle..NOM DE DIEU!

75910467uu

 

                          

edouard_divers22

 

 

16:03 Écrit par EDOUARD dans Amour, Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

merci Edouard , j'ai relis plusieurs fois ton texte, vu que certains mot sont hors de ma portée; mais quel beau jeu de mots JOLIMENT BIEN DIT ! bravo ; amitiés ...

Écrit par : ahmed el fazazi | 24/06/2014

Agréable , de très beaux jeux de mots ,étonnante la facilité de jouer avec les mots comme un musicien le ferait avec des notes de musique Bravo !

Écrit par : Françoise | 24/06/2014

Excellent de bout en bout.

Écrit par : éric | 24/06/2014

Les commentaires sont fermés.