31/05/2013

MARTIN

tn_divers-photos-079aaaaaaa.JPG

 

 

 

 

 

 

Tout en Martin, enquêteur grisâtre, avait le bancal sensé (et sans c) du banal. Il s’exprimait souvent par clichés, style méthode Assimil. Mais il avait l’œil vif et le nez fin au sens figuré. A l’instar d’une volute bleutée se diluant dans un ciel peint sur le mur décati, Martin se fondait dans le décor en bonhomme de neige poudreuse. Car il se trouvait dans le milieu, où peu importe le flocon, pourvu qu’on ait la poudre à s’envoyer en l’air. Celle qu’on sniffe, celle des flingues aussi.

Notre enquêteur, accoudé au comptoir d’un bar interlope, observait les mafieux magouillant à qui mieux mieux.

Il avait pour mission de débusquer le dealer d’une fille retrouvée nue dans le quartier trois jours auparavant, dans un état de confusion tel, qu’elle se tenait debout pour dessiner son prénom dans la neige avec son urine. Elle hurlait : « Aucune voiture n’est passée, aucun piéton. Je suis dans les oubliettes d’un listing informatique ». Elle avait vraiment perdu la raison. La schnouffe qu’on lui avait fourguée n’avait de toute évidence pas la pureté des blancheurs éternelles.

Soudain, notre enquêteur s’intrigua de voir un des louches à lunettes noires écrire un poème sur la table à côté des chiottes.

« Un poème..Ici… » Martin se leva, faisant mine d’aller se soulager les entrailles, puis, au passage, releva de son œil vif le titre du texte en question. Son nez fin, lui, capta le parfum de rose émanant du papier. Le poème s’intitulait « A ma noble blancheur allemande », et plus bas, un quatrain affichait « Ne m’en veuille pas / Si la poudre de coca / Que je te fis sniffer / Notre amour a défait ».

Germaniste à ses heures et grand jongleur, notre enquêteur ne mit pas cinq minutes avant de résoudre l’énigme du jour : « noble blancheur » en allemand donne « Edelweiss ». Or la jeune fille devenue folle s’appelait Sophie Edelweiss..il tenait sans doute le coupable !

 

 

 

edouard_divers22

15:38 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.