23/11/2011

MAGRITTE ET FAUX REVEURS

309673_10150336516169183_767429182_7787685_791370602_n.jpg

 

 

 

 

 

Chaque homme a son croissant

De lune à dévorer

Des yeux, mais en fixant

Droit devant c’est râpé



Chaque homme a son costume

Identique au prochain,

Et le croissant s’allume

A son insu, en vain



Chaque homme a sa doublure

A portée de poignée

De mains qui se rassurent

Comme il se doit, baguées



Chaque homme a sa rigueur

Qu’il porte en pardessus,

Car il craint la fraîcheur

De la pluie qui dilue



Chaque homme au crépuscule

A porté le chapeau

De la vie qui l'encule

Et s'en mord le coeur gros



Chaque homme est inconscient

Du potentiel partage

De sa lune en croisant

Par hasard un visage



Chacun pourrait s’unir,

Se complémenter, nu,

Sans bas quartiers farcir

De compliments cossus



De fil blanc se garnir,

Fil d’Ariane en fusée,

Pour ensemble alunir

Sur un globe de plain-pied

 

edouard_divers22

 

 

13:48 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |