29/09/2010

CHEZ LES FRERES MARISTES

edouard.jpg 

 

 

 

 

 

L’école avait l’épreuve au long cours,

Des bibles-fleuves à nous assommer

De classique emphase et règles pour

Nous asphyxier le souffle en apnée.

 

L’école avait du leurre à sonner,

Des cloches aussi pour l’ado sorcier

Qui, fleur idyllique entre les dents,

Se buissonnait, stylo-feutre ardent.

 

L’école avait ses tables de loi

Gravées par des Moïses en réverb’,

Et ses lugubres fables de croix

Plantées dans la mouise ourlée de gerbe.

 

L’école avait l’accent très pointu

Sur la délation qui rien ne sauve,

L’école avait d’autres attributs

Pour assujétir en quelqu’ alcôve.

 

L’école avait ses chatouilleurs,

Ses gras caresseurs d’épithètes,

L’école et ses chanoines en pleurs

D’extase au clou des blondes têtes.

 

 

edouard_divers22

12:20 Écrit par EDOUARD dans Actualité, Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

23/09/2010

UNE GITANE

normal_Gitana2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Je dis bohème, 

Et c’est un léger parfum cannelle, 

Une pincée de jument sans selle, 

Guitare andalouse à débrider, 

La sensible corde à liberté… 

  

Je dis danse et aime, 

Et c’est la fleur sarabande 

Aux quatre vents qui l’essaiment, 

Un levain de contrebande 

Qui m’appâte à mi-carême…

 

Je dis ton nom Sarah,

Et c’est une eau vive en cascade,

Ivre crinière, aurore à boire

Ondoyant lueurs en prémices,

Un soleil nu qui danse aussi...

 

Je dis aurore,

Vous n’y voyez que dalle,

Et c’est pavé de rêves

A larguer mes amarres,

Un pavot nénuphar

Dans la mare aux clonards,

La pavane infante à mon crépuscule oubli .


edouard_divers22


 

 

12:50 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général, Musique | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |

20/09/2010

LIBRE CREATION

 

 

 

 

Il y a des poèmes à vivre qu'on n'explique pas,
Comme des cristaux satinés, des vers à soie,
Tremblants sous les faisceaux drus de la raison,
Il y a des trésors en ces poèmes-cocons.
 
Il y a des trésors impalpables et sublimes
Aux cannabyssales impulsions de l'âme,
En vers fumés qui de prime abord ne riment
A rien de vif aux lucidités de lame.
 
Il y a des vides armures, brise-âmes en carrés,
N'estimant bien que les coquilles nettes et claires,
Et quand dans une ode à contre-lune inversée,
Ils ne voient que dalle alors je me décratère.
 
Il y a des pavés zébrés d'azur à gagner
Dans le flou verbal de libres mosaïques,
Et des rêves au soleil empapillonnés
De toute union volatile et sans logique. 

 

edouard_divers22

 

 

12:57 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général, Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

16/09/2010

CAFE D'UN MATIN MUSICAL

 

 

nourriture_091.gif

 

 

 

 

 

Un ciel grisé se déshabille,
Envoie valser ses blancs nuages;
Un cumulus il sème ainsi
Dans mon café d'âme à l'orage.

La cuillère en danseuse avec
Mes doigts de gracile indolence,
Reflète en son argent le nec
Plus ultra de simples espérances.

Les cristaux de sucre s'écrasent
Comme un voeu de printemps solaire
Au foyer crépitant ses phrases
Emmitouflées de blanc mystère.

Ca brûle au bord, je bois la tasse
En soufflant quelques cantilènes,
En larguant le nord à la brasse,
Lèvres expirant nuits porcelaine.

Me noyant seul en ce silence
Entrelacé de glacé crème,
Il me tient l’arôme et les sens
En cascades orientales essaiment.

Modulations d’arabical
Alcaloïde au spleen qui vibre,
Vers un paradis de spirales
Où la fumée danse en roue libre.

 

edouard_divers22

 

15:01 Écrit par EDOUARD dans Amour, Général | Lien permanent | Commentaires (20) |  Facebook |