10/06/2010

CHATS RADIOACTIFS

 
 
skoglund_cats2-144

 

  

Lundi 23h 59

  

 Ça ne miaule pas dans mon pigeonnier délabré, mais ça grouille de chats citron d’un froid nucléaire et muet. Phosphorescences  à moustaches aux fréquences radioactives émettant le mystère. Statues vivantes mi-figures géométriques mi-oraisons jaculatoires. 

Ces formes émaciées d’un jaune acide me rappellent à la mort présumée de ma raison l’été dernier, quand les tournesols aux sourds pétales et les soleils derviches ont détourné mes saines et lucides confluences, mes neurotransmissions naguère si fluides.

Or donc, en cette masure aux antipodes de tout azur et sans fenêtres d’espoir tangible de vie en échappées belles, je fixe, par-dessus deux félidés attablés, mon ombre d’épouse sur laquelle a déteint le décor en camaïeu de poussière grise. Murs et meubles en fondu figé confèrent à mon esprit l’odeur d’un présent funèbre. Mais je reste impassible, et la raideur de ma posture ajoute au climat glauque.

Tout ça me fait une belle jambe à vrai dire.. ma femme peut bien crever, disparaître dans les boyaux des chats faméliques !

Machinalement, comme pour donner plus de poids à mes pensées bancales, je porte les yeux  charbonneux vers ma jambe droite et me rends compte qu’elle n’est plus là.

Comment vous expliquer ? Je ne l’ai pourtant pas laissée au vestiaire de la raison, ni au mont-de-vénus de quelque mère supérieure en veine de piété païenne !  Et elle n’était pas de bois. Pas d’un bois dont on taille les pipeaux du simulacre et de la folie mythomane en tout cas !

Je crois me souvenir : elle a volé en éclats de rire quand ma femme, après un baiser volé à son cul, perdit pied en faisant mine de prendre une jambe à son cou pour se confectionner une écharpe d’hiver frigide. En osmose avec moi, elle a alors broyé tibia, fibula, fémur et autres os de sa cagneuse velue pour faciliter les choses.

Et maintenant je la regarde, en équilibre tel un héron de foire aux monstres, qui avance immobile vers le vide-ordures….un suicide est annoncé ! Au fond, rien de dramatique derrière tout ça, et pourtant…

 

Mardi 6h50

 Un corps de femme unijambiste fut retrouvé parmi les immondices, une veuve habitant seule un pavillon de luxe.

  

edouard_divers22

  

Illustration ci-dessus : Skoglund, radioactive cats

15:18 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (35) |  Facebook |

Commentaires

Chers lecteurs, je serai de retour pour vous lire la semaine prochaine, car je suis à la bourre en ce moment. Le texte ci-dessus fut écrit mardi passé, et "Vision" ci-dessous il y a deux semaine environ. Bonjour chez vous !

Écrit par : EDOUARD | 10/06/2010

Bonjour cher Edouard tout un monde toute une atmosphère j'adore, de l'humour du noir du tragique la totale
bises et a bientôt

Écrit par : nays | 10/06/2010

l'ami des chats Vos chats sont terribles, les miens n'émettent que des ondes positives!
Vous devez doper le whiskas au radium et leur lait au Strontium 90... et ils tiennent bon, peut être sont-ils nés à Los Alamos ?
Pour les caresser, utilisez des gants de plomb

Amitiés surréalistes

Écrit par : Charlier | 10/06/2010

Bonsoir, Un petit coucou du soir,
Un petit mot de joie
Pour te souhaiter le bonsoir
et venir te lire...
J'ai apprécié , ce monde imaginaire...
Maintenant toute la question est: vais-je bien dormir?
Je doute après ces chats fluorescents etc....
Un côté de toi que j'aime aussi beaucoup...
Bisous

Écrit par : SOLEDAD | 10/06/2010

j'ai trouvé la première partie triste

puis le 6h50 arrive et je me dis bien fait pour elle

c'est grave tu crois????

presque le we alors profitons un max
bye amiral

Écrit par : ~?~ | 10/06/2010

C'est encore moi... Edouard je pense à toi
Bon samedi et dimanche en repos excellente semaine par la suite avec du beau temps ici c’est la pluie et les orages pfff !
A bientôt je reviendrai comme d’habitude j’espère
Bisous tendres !
COCO !
http://cedricangel.skynetblogs.be

Écrit par : COCO! | 11/06/2010

Cher Edouard, un monde décalé comme j'adore!
un uni-vert séraphique :-)
Bizz
Marcelle

Écrit par : Pâques | 12/06/2010

bonjour Edouard tu fais dans le thriller plus que morbide là
oh purée même les tournesols en perdent leurs éclats
heureusement que ce n'est qu'une vision
Un moment j'ai revu en imagination le film "le chat"
tout gros bisous passe un bon dimanche

Écrit par : Anne Bilou | 13/06/2010

cool:-)

Écrit par : Michaeline | 13/06/2010

Bonjour Edouard ,
Sans doute la porte du blocos était bloquée depuis longtemps tout est dégradé , irradié , dénaturé ,les années sont passées et un beau jour un fric -frac a eu lieu en passant par les soutterains , un pan de mur à cédé ,laissant un rai de lumière particulier et fluorescent , une armée de disciples de Bastet , affamés , la vibrisse en alerte ,le croc aiguisé ,en position d'attaque ,guette l'hypothétique souris suicidaire, un robot d'un autre temps usé , rouillée officie vers une table de laboratoire , cornues , éprouvettes font office de cuisine .Avec un grand sourire édentée" la " robot plante le plat de service sur la table , fumet particulier, narines taquinées , appétit émoustillé incontrôlé ,ça va dérappé , la toile cirée en est toute verte ,merde elle est désarticulée ,pour un peu j'aurai bouffé mes mots à défaut de me casser les dents sur sa peau ,ah !! tremble vieille carcasse ,tu danseras la gigue , compte tes abbatis ,la danse des sylvestris catus est commencée , l'offrande peut avoir lieu et Rossini se gargarise en dialogue démoniaque ....
Ils ont brillé dans le noir , des feuilles d'or , ils ont tout vu ...complices ils restent coi ...
Je t'embrasse .

Écrit par : françoisedu80 | 14/06/2010

Te félicite et en profite lâchement pour mettre mon texte ici; à + NESTOR, ELVIRE ET MOI



Dans ma cuisine, par une froide nuit d’hiver, je m’étais endormi, assis sur une chaise à haut dossier. Le dos et les ischions bien calés, j’avais longuement regardé Nestor  mon chat tout blanc – avant que le sommeil ne m’envahisse.
Nestor a les yeux rouges.
Il est albinos.
Il est intelligent.
Soudain, je me suis réveillé, j’avais froid.
De suite, j’ai perçu que ma jambe gauche avait disparu.

J’avais fait un rêve étrange.
Elvire, ma femme de ménage, rangeait le frigo largement ouvert. Autour d’elle, errait une vingtaine de chats rendus phosphorescents par la lumière du réfrigérateur. Elvire n’avait plus de jambes et semblait léviter devant la glacière.
La clique des chats avait renversé une chaise et déchiqueté son siège de leurs dents acérées. Ils attendaient qu’Elvire leur donne à manger en miaulant mais elle, impassible, leur tournait le dos.
Très intrigué au réveil, j’ai vu le frigo grand ouvert ; Elvire avait disparu. Nestor reniflait bizarrement devant la glacière.
Le brouillard du sommeil s’est levé peu à peu.
Voilà des mois, j’étais au front et ma jambe avait été mitraillée. Soigné tant bien que mal, j’étais rentré à la maison. La gangrène avait peu à peu gagné ma jambe. Nestor avait été au petit soin pour moi : tous les jours, il léchait ma plaie de sa langue râpeuse. Au fil du temps, il avait rongé ma jambe et empêché l’extension de la pourriture. Les jours de trop grande douleur, je plongeais ma jambe dans de l’eau glacée. Les caresses de Nestor et ses soins me donnaient l’impression d’être cajolé par vingt chats…

Au fond, rien de bien dramatique derrière tout ça. Je vis tranquille et suis apprécié de mon chat. La guerre n’est plus. L’affection de Nestor réchauffe mon cœur et, quand il ronronne, mon âme s’accorde à cet heureux vibrato.

Une chose, pourtant me chiffonne : Elvire, suite à mon rêve, ne revint jamais chez moi. Lévite-t-elle, sans jambes, dans les couches polaires d’une nuit boréale ?



Michel Bailleux, le 8/6/2010
Atelier Arlon animé par Françoise

Écrit par : MICHEL BAILLEUX | 16/06/2010

Je rejoins Marcelle un univers onirique tout en décalages et humour noir. Chat alors! (Non! Celle-ci est trop facile!)
Biiiizzzzz
Geraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 16/06/2010

bonne soirée!

Écrit par : Michaeline | 19/06/2010

En plongée, je vous écris Me construire à travers vous puisque ici nous nous sommes rencontrés, épuiser nos reflets dans ce miroir sans tain et
demain je reviens sauter les barrières avec vous, tout entrainer derrière nous pour passer de l'autre côté, là ou il n'est plus besoin de parler

Écrit par : Véronique | 19/06/2010

Bonjour Coucou,
Après bien avoir subis les caprices de windows,
ma machine pratiquement en ordre, me revoici
avec la plus grande joie, celle de pouvoir venir
me délasser en te lisant…Et en lisant le texte des autres
déposé ici... Gros bisous l'ami.

Écrit par : Soledad | 21/06/2010

Bonjour Edouard Cool ce petit voyage dans un univers surréaliste !

Écrit par : Rafaël | 23/06/2010

salut ed un coucou car ça fait un bail, j'espère que tout va bien

ici la routine rien de bien spécial
bye bye amigo

Écrit par : ~?~ | 23/06/2010

C'est chouette ça... Moi aussi je reviens, mais après la pause vacances !C'est nettement plus agréable....Courage Edouard la semaine sera vite finie...
Kissssssssset à bientôt

Écrit par : Chadou | 24/06/2010

Bon vendredi... Pour demain mon cher Edouard que deviens tu?
je passe un peu tôt en ce jeudi mais pas beaucoup de temps ces jours sont très chargés
Beau week-end et semaine sous le soleil il paraît qu’il est là pour un moment
Moi je me contente de pousser un coup de gueule à skynet çà ne sert à rien mais çà soulage
Bisous de mon cœur !
COCO !
http://cedricangel.skynetblogs.be

Écrit par : COCO! | 24/06/2010

Ainsi, il fut un temps où tu avais des "saines et lucides confluences".
N'en abuse pas, tu perdrais en originalité. !

Écrit par : Saravati | 28/06/2010

PAUSE JUSQU'AU 15 JULLET
C'est les vacances, et j'espère que tout baigne pour vous. Moi ça va un peu mieux, je remonte la pente lentement mais sûrement !

Écrit par : EDOUARD | 29/06/2010

bonne vacances alors profite bien et on t'attend bye amigo

Écrit par : ~?~ | 03/07/2010

Bonjour le poète... ... magnifique texte qui m'a bien fait rire et j'en suis encore essouflée.
Est-ce là le résultat de ton talent dynamique?
Je t'embrasse bien fort.

Écrit par : Ethae | 05/07/2010

Un petit coucou en passant!
A+
Marcelle

Écrit par : Pâques | 05/07/2010

Un petit coucou en passant!
A+
Marcelle

Écrit par : Pâques | 05/07/2010

M'a fait (le début tout au moins) penser très fort à Vincent van Gogh qui s'il ne disposait pas de ce vocabulaire, avait certainement les images à disposition.
Amitié
Thierry

Écrit par : Thierry Benquey | 06/07/2010

Bonsoir Edouard Douce soirée d’été
Une crème glacée
Un petit baiser
Pour te souhaiter
Une agréable nuitée.
Et surtout une bonne pause sous le soleil..
Un bel été cette année.
Bisous

Écrit par : Soledad | 06/07/2010

Un petit coucou amical, Edouard... biiizzz
geraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 06/07/2010

Je suis plus ou moins en grève sur mon blog... et là, faisant un petit tour des "blog friands"... je constate que tu t'es un peu absenté aussi...
J'espère tout baigne pour toi... (c'est bon de baigner sous la canicule).
Biz@bientôt !

Écrit par : Gi | 10/07/2010

Bonjour Edouard, je passais prendre des nouvelles, je vois que tu t'es mis en vacance. Je te les souhaite revigorante histoire de te booster les neurones ;)

En attendant de te lire à nouveau, je t'embrasse bien amicalement, Désirée

Écrit par : Désirée | 16/07/2010

Putain! Tu finiras par être excommunié, avec tes gesticules pendues au clou du mont de piété à défaut de celui de Vénus. Arlon a comme des airs de Charleville. En fait y parait qu'Arthur écrivait aussi parfois comme ça en décrivant...

Écrit par : Marmotte déshibernée | 05/08/2010

Comme tu as fermé la porte du dernier étage, je passe par la porte ancienne.
Amical bonjour
Tes enjeux de mots manquent
Bizzzz

Écrit par : saravati | 12/08/2010

Woa, t'écris super bien jes jeux de mots sont bien.

Écrit par : Tigre de Feu | 23/08/2010

Edouard!!
Que fais-tu?
Meunier tu dors, ton moulin va tropvite
Meunier tu dors, ton moulin va trop fort :-)
Marcelle

Écrit par : Pâques | 25/08/2010

Souvenir d'un bel atelier avec Maître Edouard!!!!

Écrit par : Wagner | 27/01/2012

Les commentaires sont fermés.