01/05/2010

A DES PETITS COQS CHEFS

 

coqcoq
 

De bois j'avais souvent la gueule,

Mais pas la langue et ça fait tache!

Auprès d'un tas de fumiers, seul,

J'ai picoré trop de mots lâches.

 

Pour les coqs en chorale aux grains

De laideur maquillés de pleurs,

J'étais fin prêt pour le sapin,

L'ultime et plus sobre demeure.

 

Coma de fausse alcoolémie,

J'ai dégusté jusqu'à plus faim

L'inachevée sympaphonie

D'un orchestre de chérubins.

 

Mais resc-happé in extremis

Par le train-train chirurgical,

J'ai bien envie de crier bis-

Touri deviens mon crève-chorale...

 

Que je décoche à poumons pleins

Mes pointillés d'orgue céleste

En voix plus pointue qu'un fusain

Pour dé-crêter les immodestes!

 

lovertuy
 
edouard_divers22

15:05 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Se lit comme un polar
Amitié
Thierry

Écrit par : Thierry Benquey | 03/05/2010

un portrait tout à fait gaulois; tu es bien rentré Edouard dans la psychologie de cet animal. Un texte... à dévorer!

Biiiizzzzz
Géraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 04/05/2010

Bonjour, J'aime ces jeux de mots... J'aime ton style, et cette fois encore c'est superbe!

Écrit par : SOLEDAD | 07/05/2010

Edouard...mon beau Don Quichotte...à quoi bon, dis, à quoi bon?

Écrit par : Désirée | 16/05/2010

Tu vas bien?
Tu te fais rare comme un trésor caché :-)
Bisous
Marcelle

Écrit par : Pâques | 10/08/2010

Les commentaires sont fermés.