04/04/2010

TIRAILLEMENT

 

 

Swoman

 

 
Je m'écartelais entre Dieu
Et Madeleine au bain-marie,
Je bouillais d'impatience en feu-
lant boîteux cantiques, aujourd'hui...
 
Je diverge en penchants glandeurs,
Bretelle à mon itinéraire
Pas si culotté, j'ai bien peur
De zipper Dieu dans cette affaire.
 
Je m'écartèle entre telle et telle,
Me crucifixe à deux amours;
Pieds joints cloués au point du jour
En suspension, leurs cieux m'appellent.   
 
Si j'allume autant de saints cier-
ges que mes flammèches à langueurs
Damnées, je crame églises entières
En érotomanque et pour l'heure...
 
Je contemple les cons du temple
Au rayon X, Radio Géhenne,
Et ne capte sous les robes amples
Aucune onde où noyer ma peine.
 
Je sue mon strabisme indécis,
Surplombant travées sombres et chaises
A culs zombies, à culs bénis,
Mon encensoir crache aux cimaises.
 
Ma croix de café vermoulu
Se fendille et le bois d'occase
A la tremblotte au soir velu
D'écuyères en campagne rase.
 
Motus et bouche en rase-mottes,
Mes rêves ont le fil décousu
D'avrils où Judas Iscariote
Me vendrait son chevalet nu
 
Pour peindre à contretemps mes voeux
D'envol païen sous l'édredon
D'ubiquité, planter prie-dieu
Et nefs à vif pour un plongeon
 
Synchrone en deux chairs à pécher,
Deux toiles à la blancheur sans nom;
Vider ma palette, empaler
Les succubes au pinceau fripon.
 
Me délester des croix gommées
Dans le bubble-gum amnésique,
Me dé-tester l'endurance et
Changer l'eau de rose en colchique.
 
Perdre l'auréole à goûter
Mes récréations vénéneuses,
Prendre mon pied à l'étrier
De deux cavalières en danseuse.
 
Enfin renaître en fol artiste,
En magicien comme autrefois,
Multiplier peintures où Christ
S'en donne à crue verve et queue-joie.
 
edouard_divers22

14:47 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

Commentaires

bonsoir Edouard ben oui bonsoir déjà fait noir comme dans un four
tu es bien inspiré
non seulement je le zippe mais je le zappe totalement ce qui n'est pas facile aujourd'hui !!
grosses bises et bonne fin d'aprem

Écrit par : nays | 04/04/2010

Et quel artiste!!!!!!! chapeau bas Monsieur Edward

bye bye amigo
merci pour tes mots

Écrit par : ~?~ | 04/04/2010

Bonne fête de Pâques!
de la part de Marcelle Pâques (qui est très joyeuse!) :-)
Oui, c'était un posson d'avril ...

Écrit par : Pâques | 04/04/2010

Bonjour Edouard ,
Empaler les succubes , un ensencoir qui crache aux cimaises, quel agitation dans la clairière ,le vent va souffler sous les jupes des frippones et gare à la biche effarouchée de passage ses cris ou gémissements se méleront à la danse des branches , aux feuilles écrasées ,à la mousse arrachée ,le poète l'a chanté prudence si tu passes le pont gare à ton jupon ,les dentelles vont s'accrocher dans les ronces et ton panier sera renversé ,les fleurs piétinées ...l'appel de l'inconnu ,la découverte d'un fruit nouveau sous la barrière là-bas , le soleil a disparu , la chouette est dans l'arbre ,le clocher envoit son message ,les oreilles sont sourdes .
( J'ai lu tes textes ,le changement de blog m'a ralentit dans mes contacts et un petit coup de blues passagers ,mais je suis toujours là même si je ne me manifeste pas )
Tes mots croquants , acides , perfides à souhait font mouche à chaque fois et c'est un délice .
à bientôt , en t'embrassant .

Écrit par : françoisedu80 | 05/04/2010

BONJOUR EDOUARD merci pour être passé me faire un coucou sur mon blog et donner votre avis sur " la lettre" mais je ne sais si je dois être sincère et vous dire que vos écrits sont pour moi un peu difficile a saisir et je dois les reprendre a deux fois pour ne rien laisser passer et vous êtes un artiste vraiment
en espérant avoir le plaisir de vous relire je vous souhaite une très bonne après midi sous le même soleil et le même ciel que le mien
gros bisous
DANY DU SUD D'EN BAS

Écrit par : fruitsconfits | 06/04/2010

Quand je regarde l'icône ... il me semble que la naine a bien le cul bas et que grise mine elle fait au devant d'un crucifié en rut et rose d'envie. N'est-il déjà assez puni ce pauvre. On croirait bien qu'on l'a placée là pour des clous.
Tes jeux de mots sont toujours aussi extraordinaires mon cher Edouard. Ils ne battent certes de la queue ...
Amitiés.
Jean-Pierre

Écrit par : L'Esthète | 06/04/2010

J'adore le dernier verre. Rire.
Amitié
Thierry

Écrit par : Thierry Benquey | 06/04/2010

Bonsoir, Ben pour moi, ils sont tous à mettre dans le même bain, dans une huile bien chaude, dans laquelle ils crameraient tous sans exception.
Ni Dieu, ni Mohamed, ni Jéhovah,ni Bouddha...
Tous les même, des "chars latants"... LOL
Que ce mardi, quelque part un peu lundi, se termine sur une note positive. Bisous

Écrit par : SOLEDAD | 06/04/2010

Bonsoir mon Beau... ...milles excuses pour mes absences
Tes écrits sont toujours aussi troublants jeux de mots à volonté.
J'essaierais de venir davantage...
Gros kixxllllllll

Écrit par : Ethae | 06/04/2010

... une danse des mots!

Écrit par : marylène | 06/04/2010

Il s'e passe des choses dans les coeurs des églises...
J'aime beaucoup
"Et ne capte sous les robes amples
Aucune onde où noyer ma peine".
Très poétique ... comme toujours de l'imagination à foison, Edouard !

Écrit par : Saravati | 07/04/2010

à méditer parfois pour moi sans vraiment de raison...
croire ou pas ...mais je penche nettement vers" ne pas "trop de chose intolérable en ce bas monde

Écrit par : Anne Bilou | 07/04/2010

Celui-ci est mon préféré. Très bien l'ami.

Écrit par : Marc | 22/07/2010

Les commentaires sont fermés.