25/01/2010

Péché de Godefroid Triste Bouille

 40190_418954974182_767429182_4486878_7137623_n.jpg

 
 

 

 

 

I

 

 

 

 

 

La nuit je bâtirai un  grand château de cartes,

 

Et t'y enfermerai de peur que tu ne partes;

 

Alors je retiendrai mon souffle d'éreinté

 

Par tout ce vain labeur empreint d'absurdité...

 

 

 

Lasse, tu viendras te suicider dans mes rêves

 

Pour accorder au noir supplice un blanc de trêve;

 

Il est hélas des impossibles jalousies

 

Qui font perdre la carte...sans trouver l'amnésie.

 

 

 

 

 

II

 

 

 

 

 

J'irai m'éclipser dans mes châteaux en Espagne

 

Si l'obsession de te perdre à nouveau me gagne;

 

Des fabuleux portails je baisserai les herses,

 

Sans redouter le froid bleu ni la folle  averse...

 

 

 

Averse d'archers rivaux, averse d'injures,

 

Aversion sans fondement pour coeur sans armure;

 

Puis las d'être cocu reclus dans mes chimères,

 

Je passerai de l'oubliette aux meurtrières...

 

 

 

Et ta froideur et tes manoeuvres de vipère

 

Verront de quel bois se chauffe un sagittaire;

 

Archer dans le désastre invincible en décembre,

 

Malheur à l'esprit pour qui tes reins se cambrent!

 

 

 

  

 

  

 

edouard_divers22

 

 

 

10:39 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (24) |  Facebook |

Commentaires

bonjour edouard abattre les cartes et jouer cartes sur table
gros bisous edouard passe une bonne après midi

Écrit par : Anne Bilou | 25/01/2010

bonsoir Edouard la colère gronde là
n'est ce point un vilain défaut la jalousie un tout petit peu mais pas trop
bonne soirée Edouard je ferme la boutique pour aujourd'hui
grosses bises

Écrit par : nays | 25/01/2010

une belle inspiration médiévale... ...pour décrire un sentiment tout à fait humain tel que la jalousie; mais je trouve que le texte n'en est pas moins dénué d'humour...
des jeux de mots tès subtils aussi...
Biiiiiiiiiiiz !!!!
Géraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 25/01/2010

les mots sont une arme, alors oui ne pas se laisser faire

je te comprends amigo, force, tête droite, et on est la fier le regard dans l'horizon

bye bye

Écrit par : ~?~ | 25/01/2010

J'viens un peu squatte chez toi, parce que sur le wizz, c'est cramé grave pour moi :))) Pourtant, j'dis rien de méchant "Quand tu vois un dindon parler de légèreté, c'est avec la subtile délicatesse d'un 38 tonnes chargé de pommes chips" J'les aime bien les dindons. Tu sais, ceux qui ont la tête comme le cul.

Écrit par : Pixel bleu | 26/01/2010

Bonjour Edouard.. Un petit coucou pour te souhaiter une très heureuse journée…Qu'elle soit douce malgré ce froid de canard...Bel exercice, c'est un sentiment délicat la jalousie... je t'embrasse

Écrit par : Chadou | 26/01/2010

Salut Edouard Bravo ! voilà encore un p'tit texte à épingler.

Écrit par : Rafaël | 26/01/2010

Demande de ton gsm Bonjour Eddy, c'est Marc-Henri.
Saurais-tu m'envoyer ton nouveau numéro de téléphone?
Ton ancien numéro ne fonctionne plus.
Merci.

Écrit par : marc-henri | 26/01/2010

Je viens te faire ... un p'tit "cocu" dans tes noirs cachots sans trop y demeurer car tu m'inspires d'idées noires ...
Amitiés
Jean-Pierre

Écrit par : L'Esthète | 26/01/2010

Je tiens à préciser que ce texte n'est pas autobiographique. Je me suis glissé dans un personnage et j'ai joué avec certaines métaphores ayant trait au glossaire du château fort.

Écrit par : Edouard | 27/01/2010

bonjour comme j'aurais aimé qu'un jour ont me batisse un chateau de carte!

mais les hommes qui ont passé dans ma vie ne l'ont pas fait...j'ai donc batit de part moi meme....

existe elle tu crois cette bete masculine rempli de romantisme et de dévotion pour sa princesse bien aimé?..... je dois etre trop reine...pauvre de moi sourire.... il ne me reste qu'a me plaindre chez toi et a te faire sourire....

amitié xxxx

Écrit par : veronique | 27/01/2010

Une texte magnifique qui illustre bien la relation amoureuse, coincé entre l'écrin devenu prison et la peur de perdre, mais perdre quoi au juste ?
Le jour où l'amour du prochain sera entendu comme tel et non comme l'amour de ce qu'il réprésente pour nous, de ce qu'il nous apporte, alors il y aura un paradis sur la terre, un vrai, de sentiment et de chair.
Amitié
Thierry
ps un avantage considérable, pas besoin de mourir pour y accéder. Rire.

Écrit par : Thierry Benquey | 28/01/2010

Ah que c'est vivifiant! Le rythme tambour battant, au pas de charge, j'aime ça. C'est peut-être de l'ancien, mais c'est du tout bon.

A l'occasion je te l'emprunterai. Bises bel Edouard, baron de Salocin. ^^

Écrit par : Désirée | 29/01/2010

J'aimerais faire mieux... cher Edouard mais
Hier une infiltration d’urgence dans l’épaule droite m’oblige de nouveau a copier mon p’tit mot j’ai mal ne m’en veux pas surtout je préfère faire comme çà que de ne pas passer du tout je peux ainsi visiter ton blog
Pas fâché hein ? J’espère la semaine prochaine moins souffrir
Bon week-end et aussi belle semaine ensuite
Big Bisous !
COCO !
http://cedricangel.skynetblogs.be

Écrit par : COCO! | 29/01/2010

Bonjour Edouard,
A la flêche piquante du sagittaire qui m'aurait brulé la peau j'aurai préféré l'acier brulant d'Eros ,flamme qui dans sa tourmente consume la paille de mon cachot et fait voler en éclat toutes les barrières ,les portes infranchissables , cloisonnées à jamais , chante avec la lune ta complainte de louve , traîne ton échine dans d'autres clairières , les murs de mon chateau sont bien trop épais et moi sourd àtes cris .....
Que racontait la reine dans Alice au pays des merveilles ?
tuez-là....et les cartes de s'affoler.....
Belle fin de semaine ,je t'embrasse ....

Écrit par : françoisedu80 | 30/01/2010

Les affres de la jalousie chaudement exprimées j'aime le passage d'oubliettes à meutrières, on est en plein thriller !!!
Mais de la jalousie, on ne guérit jamais sauf si l'objet du désir disparaît ...
Beau texte à l'ombre du château de Godefroid !

Écrit par : Saravati | 30/01/2010

j'espère que tout va bien

bon we a bientot

Écrit par : ~?~ | 30/01/2010

De son château de cartes bâti à même la chair, le sagittaire archer décoche ses flèches métaphoriques...

Écrit par : Vieux marmot | 31/01/2010

Bonjour Edouard.. Nous voilà dimanche ! Que la semaine passe vite...!
Et voilà, il fait de nouveau blanc ce matin...elle était fondue hier soir, mais les anges ont encore joué avec le oreillers cette nuit et voilà le résultat !
J'espère que tu vas bien, ça fait quelques jours que l'on ne te lit plus..
Je te fais de gros bisous et te souhaite une bonne journée

Écrit par : Chadou | 31/01/2010

Elle est cruelle la dame de coeur qui te laisse sur le carreau :-)
Bon dimanche
Marcelle

Écrit par : Pâques | 31/01/2010

Bonsoir, Alors, déjà que dans ce château il n'y fait pas bien chaud en été, mais alors là ils doit y faire caillant... Ce qui peut-être t'as inspiré...
Je croyais que le signe de feu c'était le Bélier? Le sagittaire aussi?
La première version me plaît mieux, plus romantique...LOL
Voilà ce dimanche qui se termine et avec lui, le mois de janvier, un janvier bien neigeux chez nous, et qui après une journée de calme, remet ça doucement...
Bisous et bonne semaine

Écrit par : Soledad | 31/01/2010

la classe ne s'explique pas, Cher Edouard!

Écrit par : marylène | 02/02/2010

Pas mal cette idée de château de cartes ça donne une idée de légèreté puis ton poème se fait de plus en puis sombre mais ça évoque un univers fantastique; c'est ça la tactique poétique nom d'un as de pique !
Au fait, trop marrant la photo du chat à droite, sacré matou ! Miaou !

Écrit par : David | 12/02/2010

Pourquoi se laisser marcher dessus par un serpent, entotille-le et il étouffe, tout un @rt! Bonne nuit, poète!

Écrit par : marylène | 24/02/2010

Les commentaires sont fermés.