19/01/2010

UN PAUVRE LOUP

k0603173aaaa

 

Juillet 1974

Un loup hors normes, un extradé de la meute grognante, errait dans le bois joli. Parfois, quand au loin se profilait quelque biche, ses poils se hérissaient et il piquait un fard, une timidité maladive lui nouant les entrailles. Alors il rasait les mûres et les groseilles, se cachait dans les taillis les plus touffus pour s’extirper de petits chapelets marrons sa frustration, puis reprenait sa route au parcours non fléché, sur la pointe des pattes afin de ne pas perturber le chant des oiseaux. 

Tenaillé par la faim, rongé par le sentiment de n’être qu’un fauve à part, il succomba de fatigue et se laissa choir dans une flaque de boue sur laquelle dansaient des moustiques.

C’est alors que s’en vint une créature boiteuse armée d’une canne vermoulue, défraîchie et mal rasée, faisant tressaillir de ses crachotements le pauvre loup qui , dans son sommeil, se rêvait petite chienne née le cul dans le beurre et dans la chihua-ouate.

Dans son langage canin, il balbutia un « Qui va là ? » ridicule.

La vieille rombière n’ayant connu que des chiens dans sa chienne de vie, et connaissant par conséquent  les rudiments du langage loup, qui est au latin ce que le chien est au français, lui répondit : « Je suis Mère-grand. Regarde mon p’tit loup, j’ai gardé la laisse de feu mon époux qui me cassait les burnes à moi sa femme qui ne cassais rien non plus. Alors je te l’enfile et on va faire une promenade ensemble, tu pourras renifler tout ce que tu veux, te délecter de toutes les senteurs naturelles, et, si tu es sage, nous irons voir le Chaperon Rouge, un être exquis ! ».  

Sans sourciller, le  loup se laissa guider jusqu’à la chaumière du Chaperon. Mère-grand frappa à la porte, et l’on entendit hurler : « Entrez nom de Dieu, et essuyez bien vos pattes ! ».

 Le loup, dans ses petits souliers, tout timoré, ne put s’empêcher de dévisager le Chaperon rouge de vinasse, aux dents de requin, au regard exorbité, injecté de sang. Il lui dit :

-Comme vous avez de grands yeux ! 

Le Chaperon : « C’est pour mieux vous envisager, mon loulou ! »

-Comme vous avez de grandes dents !

Le Chaperon : « C’est parce que je suis une chaude lapine, mon loulou ! »

-Comme vous avez une grande queue !

le Chaperon : «  c’est parce que je suis une drag-queen, mon loulou ! »

Le loup, sentant le coup fourré de langues inquisitrices, voulut s’enfuir, mais Mère-Grand lui asséna plusieurs coups de canne qui le mortifièrent un instant, puis lui procurèrent un certain plaisir irradiant le bas-ventre. A la fin, il en redemanda, sur un ton de supplicié de l’extase, quand, par la fenêtre entrouverte, une voix de bûcheron bien viril se fit entendre : « Alors les folles, on s’en donne à cul-joie avec ce pauvre p'tit loup ? Z’avez pas honte de le dévoyer ainsi ? Allez, viens avec moi, je vais t’initier à ma bûche. Après tout, dans cent-vingt jours, c’est Noël ! »

 

edouard_divers22

 

 

12:48 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

Commentaires

Tu es un coquin toi. Si tu te sens seul, viens dans les ténèbres, il n'y fait froid.

Écrit par : Un petit chaperon noir | 19/01/2010

Haha. Je ne le conterai pas dans l'immédiat à ma fille celui-là. Bizarrement, les enfants préfèrent quand il y a des méchants.
Cette histoire me fait penser qu'il faut aussi retourner le poulpe pour qu'il soit mangeable et surtout bien le frapper.
Amitié
Thierry

Écrit par : Thierry Benquey | 19/01/2010

génialisime!!! lol excellent

une bonne hache pour une bonne part mdr bye

Écrit par : ~? ~ | 20/01/2010

jour Edouard le genre de texte que j'aimerais savoir écrire
tu es fort dans tous les domaines mais mon loup le mal aimé, animal que j'adore un peu mal traité dans ton texte le pauvre inutile de dire que je prendrai sa défense

je ne regarde jamais ni les émissions humoristiques ni variétés ni peoples etc..mais dans un an nous n'aurons plus rien du tout le vide absolu alors ça quand même c'est un peu peu dans notre trou et puis au moins je pourrais me saouler de docs.
bises Edouard tombe la neige
a bientôt à lire tes histoires bucoliques

Écrit par : nays | 21/01/2010

Moi aussi j'adore les loups, Nays, j'ai juste écrit un conte à l'envers...

Écrit par : Edouard | 21/01/2010

heuuu, hé oui, quand le chaperon voit rouge !

Écrit par : Biglodion | 21/01/2010

Salut Edouard. Bel exercice !

Écrit par : Rafaël | 21/01/2010

Message perso Dans la vie, cherche toujours le côté ensoleillé, l’ombre vient d’elle même.

Cool man ! tomorrow is an other day.

Écrit par : Rafaël | 21/01/2010

Un loup façon Tex Avery SM.

Tu cherches une domina c'est ça? ^^

Écrit par : Désirée | 21/01/2010

J'ai trouvé ... ce texte génial ! Et ce pauvre p'tit loup, il en aura bien besoin de ta chihua-ouate après l'initiation à la bûche d'avant l'avent ...
Tu es un as mon cher Edouard.
Amitiés
Jean-Pierre

Écrit par : L'Enthousiaste | 21/01/2010

Bonjour Edouard.. Un petit coucou pour te souhaiter une très heureuse journée…Qu'elle soit douce malgré ce froid de canard... je t'embrasse, voilà le mythe du loup sincèrement ébranlée....Mdr..

Écrit par : Chadou | 22/01/2010

Un petit passage mon cher Edouard pas possible pour un loup alors le petit chaperon rouge ne craint plus rien
Bon week-end et bonne semaine avec toute mon amitié
Gros bisous tous doux !
COCO !
http://cedricangel.skynetblogs.be

Écrit par : COCO! | 22/01/2010

J'adore cette histoire à l'humour décalé!
Moi je n'ai jamais eu peur du loup :-)
Bon week-end
Bisous
Marcelle

Écrit par : Pâques | 22/01/2010

Le p'tit loup rouge ... Bonjour Edouard ,
Il m'a fallut un temps de respiration pour reprendre mon souffle ah!!!j'adore atterrir dans la beauge du sanglier et s'imaginer être au nirvana quel glissade il me semble entendre la complainte du loup au fond des bois , j'en ai froid dans le dos de le savoir en si fâcheuse posture entre les doigts curieux du chaperon rouge et de la vieille hideuse .Dans les petits souliers pas vernis du tout qu'il voudrait voir fuir ,en reluquant les jambes molles au-dessus aïe,aïe, même en fermant les yeux (je ne suis pas roi de France bon Dieu!!)à la timidité ça vous joue des tours et finir en sexe toy dans la chaumière de rêve ou la gaillardise d'un bucheron ..je vais mourrir à... l'attache , merde ils auront ma peau , bon j'arrête ça devient gore, je vais repasser mon jupon pour courrir dans les bois hé,ho !!pas d'acroc !!!Ta forêt est magique ,ton monde enchanteur , renversont la vapeur et le baton aussi du coté des nantis !!!
Je referme l'album ce soir ,te souhaitant des rêves légers en t'embrassant .

Écrit par : françoisedu80 | 24/01/2010

superbe... Je ne me souvenais plus du chaperon rouge ainsi ;)
j'ai bien ri et je le préfère dans ta version...
sans doute que je le raconterai ainsi à mes petits enfants cet été (5 10 et 12 ans), faut vivre avec son temps non?
Ton écriture me ravit à chaque fois
Je t'embrasse

Écrit par : DomAry | 25/01/2010

Les commentaires sont fermés.