04/11/2009

EXIT

 
 
bachfugue

 

Fuite au prochain numero

Du clown désa-busé

Qui jongle avec les zéros

Dans mon crâne embullé.

 

 

Fuite au loin de mes prochains

Que j'aimais comme oies-mêmes,

Gavées d'un pseudo-latin

Culinaire à la crème.

 

 

Au-delà de la douleur,

Fuite au lavabo blanc

Par le temps-tuyau qui pleure

Sous l'émail éclatant.

 

 

Fuite en castor plat-queuté,

Rongeant boisé levain,

Sur ses nerfs anesthésiés

De Prométhée indien.

 

 

Printemps zik mû, tantôt fuite

En pluvieuse hirondelle,

En fugueur de bakélite

Aux espoirs d'orgue-en-ciel.

 

edouard_divers22

 

 

09:58 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Du beau dadaïsme...

Écrit par : Marcel | 04/11/2009

Dadaïsme? pas vraiment.
Mes mots sont pleins de sens, je vous assure.

Écrit par : Edouard | 04/11/2009

j'adore j'adore quand tu aimes comme oies-meme! sourire....merci pour ce message laissé sur mon blog....parfois je me rend compte que l'amitié virtuelle est encore plus fidele que mes amours! sourire....

enfin tout un chapitre a ne pas ouvrir ca!

douce pensée vers toi mon poete original! xxx

Écrit par : véronique | 04/11/2009

Bonsoir Edouard j'essaie d'analyser et de comprendre et je suis fascinée par tant de jeux de mots (même si je n'ai pas tout compris )
je suppose que ce temps pluvieux te rend nostalgique , que tu préfères la solitude même loin des gens que tu aimes ...et attend le retour du printemps pour à nouveau t'épanouir face à toi-même et à tes proches
si je me trompe dsl mais j'ai au moins essayé d'analyser donc ...indulgence
bisous Edouard passe une bonne soirée

Écrit par : Anne | 04/11/2009

Bonsoir Edouard ,
Trop percurtant sur le clavier ,les notes sont restées coincées quelque part entre la partition ou la voute de la chapelle JJB s'échine depuis avec sa passion ,toi tu jongles avec les croches qui s'effilochent vers un ciel incertain , vont-elles croiser d'autre champs ,ou contre-chant plus attirant ,force des Pythies incantatrices et dévoreuses dans un soufle de datura . Je t'envoie l'écharpe d'Isis pour reprendre des couleurs .
La lune a été néfaste à ma sortie vespérale j'ai rencontré des frissons qui m'ont serrés la gorge et me tiennent chaud , j'ai la tête dans les étoiles ...je dors ....à Morphée vite au-secours .
En gardant mes microbes je t'embrasse .

Écrit par : Françoise du 80 | 05/11/2009

Bonjour Bien je crois qu'on peut remettre encore ton texte à l'ordre du jour aujourd'hui... pff! Marre de ce temps! Gros bisous colorés quand même.

Écrit par : SOLEDAD | 05/11/2009

Bonjour Edouard c'est la fuite au prochain numéro, j'espère que celle-ci sera en Ré mineur....

Bonne journée à toi
Bisous
Marie

Écrit par : Marie | 05/11/2009

Qu'il reste ce clown dans ton crâne, retiens -le, il est si précieux !
Bizz-où

Écrit par : Pâques | 07/03/2012

Les commentaires sont fermés.