30/10/2009

UN ANE

 
donkey3

 

L’âne en avait plein les naseaux : les fumerolles inhalées à la moindre occase le rendaient plutôt nase, vertiges ascensionnels et hauts-le-cœur en alternance.

Son maître, qui plantait du cannabis, en eut vent.

Il le gronda, car vu les récoltes chiches, il frôlait déjà la rupture de stock.

C’était la croix et la bannière pour que pousse un carré d’herbes folles.

La vie de l’âne, qui surfait sur les terrains vagues en divaguant, n’était rien que blagues et dérision dans le formol. Formol ambiant qui conservait sa flemmardise à toute épreuve, et faisait le désespoir de son maître.

Alors, s’il goûtait de surcroît aux paradis artificiels, on ne pourrait désormais plus rien en faire, à part le placer dans la crèche en vivante figurine christmastique, à défaut de charisme.

« Il faut le tenir à l’œil », se dit le maître, dont la pupille gauche dilatée trahissait une consommation abusive d’amphétamines, de prières à Notre-Dame-Des-Sept-Douceurs et autres pilules d’extase en toc. Ces mêmes pilules déjà responsables de la mort prématurée de son épouse, par overdose d’un désespoir à cornes acidulées. Fauchée dans la fleur de l’âge avant les flétrissures des pétales dorés de poésie, avant la cellophanisation d’un  monde portant fier et haut sa calotte d’hypocrisie glacée.

Alors le maître, soucieux de ses plants de cannabis et du bien-être de l’âne, lui parla de l’arbre magique, dont les feuilles poétiques se mâchent en rêvassant, et que l’on digère avec un verre de liqueur au miel récolté dans les ruches de l’amour. Un arbre-symbole, poussant tel un phénix en filigrane de pages non recyclées, comme pour venger Dame Nature fauchée, mutilée, transformée en confettis d’espoir au milieu du prémâché de mascarade.

Substituant la verve à l’herbe, l’âne y prit goût, et traça son chemin de traverse en petits pieds d’alexandrins.

 

edouard_divers22

 

14:54 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

Mais il est génial cet âne! J'ai l'impression de le connaître :-)
Bises
Marcelle

Écrit par : marcelle Pâques | 30/10/2009

Entre le boeuf et l'âne gris...il a bien eu raison l'âne de se mettre au bio, pardon au Beau. ^^

Bon week end à toi.

Écrit par : Désirée | 31/10/2009

Bonjour Edouard ai dû réfléchir y avait il un âne dans la crèche..ah oui sans doute
par contre j'en ai eu un en chair et en os, nous devions le tenir à l'oeil un vrai coureur de jument donc sage quand même...
bisous et bon week-end Edouard

Écrit par : nays | 31/10/2009

Bonsoir Edouard Tu me parles de fumeroles... Voilà qui ma rappelleun petit souvenir de l'été... Et là, je crois que j'ai fait l'âne au début de l'histoire... Concerte de "Tryo", tout au devant dela scène, et voilàles fumerolles qui m'arrivent au nez... Heureusement on était en plein air si non, je ne sais pas si j'aurais été capable de reprendre le volant en état normal...LOL
Passe un bon week-end, et profite des derniers rayons de soleil.
Gros bisous. A Bientôt.

Écrit par : SOLEDAD | 31/10/2009

Une histoire d'âne (con)damné qui se transforme en histoire d'âme poétée !
Bel épilogue !

Écrit par : Saravati | 31/10/2009

as tu déjà pensé a écrire un livre (peut etre que je suis pas au courant) enfin voila bon we

bye bye

Écrit par : ~?~ | 31/10/2009

Etonnant ! Faut-il lire entre les lignes ou tout simplement se laisser aller aux délires du sieur Edouard ?

Écrit par : Or | 05/11/2009

Génial !

Écrit par : Emeline | 13/02/2010

Les commentaires sont fermés.