26/10/2009

GOOD VIBES

anonymous-risk-surfer-9904092aaa-1uuua

Près de la plage d’Ostende, un après-midi de septembre.

Désabusé par le tram-tram d’un quotidien sans déraillements salutaires ni fleurs de pavot poétique, un sexagénaire endigué sur les pavés froids de son couple se les gèle et l'âme aussi.

Soudain, comme en sursaut de mystère, il brandit d’une main la planche à repasser de sa grise Flamande et, de l’autre, lui envoie le fer à la ferraille de son cœur en guise de porte-bonheur.

Planche sous le bras, il se met à musarder, ne sachant que faire avec, mais défiant les regards médusés des passants.

C’est alors qu’un air des Beach Boys au charme désuet lui revient comme en sirocco soufflé depuis sa prime effervescence, sa jeunesse musicale et chaude en puissance trop souvent muselée par le glas-glas des cloches parentales.

Good Vibrations.

Il se prend pour un surfer californien, sent son teint se hâler, des pectoraux d’Olympe se former, son chocolat charnel se tabletter. Pour le plus grand plaisir des elfes de sa folie enfin libérée. Et sans plus attendre, il se jette à l’eau, s'en va glisser sur les montagnes russes des vagues, et goûter aux délices de la mer fouettant son corps transfiguré d’une écume aux urgences sensuelles et capiteuses.

Il se voit Beach Boy étourdi, halluciné par des liqueurs à la mescaline, cuvée ’67, ou par des champignons post-nucléaires dont le pouvoir hallucinogène provoquerait une explosion anatomique de sainte lactance, après la vision de sirènes aux queues de poisson qu’on écaille pour découvrir des jambes aux galbes parfaits.

Il voit des arcs-en-ciel aux chatoyances bleutées lui envoyer des flèches à miel afin d'adoucir sa gorge et lui permettre de vocaliser tel un ange à la voix nacrée.

L’ombre d’une requine perdue dans les algues marines ne l’effraie pas, au contraire : c’est lui qui la dévore des yeux, la mâche tel un Hollywood Chewing-Gum, en fait une collection de bulles arlequines, la module de sa langue rose bonbon, et la régurgite en dauphine portant fier le collier floral d’un yogi du Népal.

Mettre les voiles, pour le beau et le bon, même si ce n’est pas pour de bon, c’est mieux qu’avaler sans répit les insidieux poisons du quotidiens.

L’homme enfin se régale en illusions, puis se noie dans le bonheur d’une parenthèse.

edouard_divers22

 

12:28 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Edouard qui n'a pas le droit de rêver dans ce monde où il y a de plus en plus d'abrutis !
qui n'a pas le droit de rêver alors qu'il est sous un pont ou une caisse en carton parce que notre beau "gouvernement" s'en fiche
qui n'a pas le droit de rêver...simplement
gros bisous Edouard passe une bonne après midi

Écrit par : Anne | 26/10/2009

Bonsoir Edouard enfin un peu tôt pour le bonsoir pas grave,

je m'imagine bien la scène je ris !!! tant qu'a faire rêvons rêvons c'est bien délicieux après tout

PS: ben tu vois ma mère 87 ans !! mais tu sais ça fait belle lurette qu'elle ne me reconnait plus....et pour ce qui est de la famille, comme je n'ai qu'une tante de 84 ans (je suis la seule enfant) ..je suis bien partie heuuuuuuuu à part mon père à 69 !! mais bon un train de vie...

bisous mon cher Edouard continues de nous raconter de belles histoires

Écrit par : nays | 26/10/2009

L'est en forme le papy :))) Quand on sort d'une cage, on apprend plein de choses. Et là, c'est pour de bon.

Écrit par : Pixel bleu | 26/10/2009

on peut aussi de noyer de desillution

très joli amiral bon vent a toi

Écrit par : ~?~ | 26/10/2009

Ben mon sexa ... T'en vis des choses toi quand tu te tapes Ostende.
Sors de ta "vague" parenthèse et reviens nous sur la terre ferme "de nos producteurs laitiers" qui s'en battent la cruche.
Amitiés
Jean-Pierre

Écrit par : L'Esthète | 26/10/2009

Hello Edouard,
Quelle histoire !!!palpitante , haletante ,oups j'ai retenu mon souffle jusqu'au bout pour ne pas me noyer dans les flôts glacés, un instant j'ai dérivé les cheveux dans le vent ,le soleil me brûlant la peau au monoï parfumée, un beau mec passe ,je matte ,super il clignote , disco oblige paillette dans l'oeil je suis éblouie ,chavire dans l'aquaruim de punch ,je fais des bulles , musique étourdissante
oh!!! des palmiers sur la plage .
Les fleurs bleu de pavots de l' himalaya ont un certain pouvoir , mais je crois que tu connais ...
Je t'embrasse à bientôt .

Écrit par : Françoise du 80 | 27/10/2009

Je constate que tu es un véritable aimant à trolls mon cher Edouard. ^^
Dis donc, ça défouraille sec en Belgique chez le troisième âge, et pte bin que c'est le bon pour l'éclate. Enfin pas trop quand même, l'arthrose, la hanche en plastoc tout ça tout ça...faut y aller mollo éh oh.

Du grand art libératoire comme toujours, biz!

Écrit par : Désirée | 27/10/2009

Bonjour Edouard... Moi c'est le Good Vibrations qui m'a accroché, j'adorai les BEACH BOYS!
Génial ton texte ! J'en reste baba(cool)
Gros bisous et bonne journée

Écrit par : Chadou | 27/10/2009

mon cher édouard comme il est bon de lire et relire tes fresques de mot

j'ai encore une fois bien apprécié

salutation au passage

Écrit par : véronique | 27/10/2009

Bonsoir Edouard ah je suis passée sur le blog de Jean-Pierre ton commentaire m'a fait rire (mais sans me moquer promis )
promis ce soir sur facebook je vais mettre la chanson pomme C de Calogero ! lol
gros bisous passe une bonne soirée

Écrit par : Anne | 27/10/2009

oui Edouard tout va bien
allez le moral !!!
rêve un peu et laisse ton imagination débordante se glisser dans ton coeur
tout comme ce Monsieur Surfer
gros bisous Edouard passe une très bonne soirée

ah je pense que je vais quand même de faire cette p'tite blague lol
je mettrai à un ami qui se reconnaîtra et puis je verrais pour la suite du texte mdr

Écrit par : Anne | 28/10/2009

tout çà???? c'est du lourd:)!!! de la fulgurante prose, du beau Edouard!!!! j'ai adoré. tu sais çà me fait penser à un texte que j'ai écrit en atelier où j'étais partie dans un délire en tourbillons et arabesques, je m'étais régalée! eh bien là c'est pareil.
puis enfin, la phrase finale: mettre les voiles pour le beau, le bon, mettre si ce n'est pas pour de bon... apothéose!
merci Edouard!
tu sais, j'ai planifié jusqu'à dimanche, après je me pose pour une délicieuse pause!!! je suis très fatiguée.
je t'embrasse. belle soirée mon ami.....

Écrit par : mimi | 28/10/2009

Bonjour << te voici dans les les méandres d'ostende, ton corps d'appolon ou d'appelé par la mer, happé d'un coup de coeur par une superne sirène; allez reveille toi m'ami, ou tu vas y passer la nuit, et la mer nord d'est pas des plus chaude tu vas avoir des choses toutes rabougries/
Bisous Edouard
Marie

Écrit par : Marie | 28/10/2009

Des abysses... hello Edouard,
T'as repris ton souffle et regagné la rive ,au sirocco séché ta chemise suspendue à la parenthèse comme la voile d'un bateau prêts à appareiller ?
Envoie une bulle ...
Je t'embrasse à bientôt .

Écrit par : Françoise du 80 | 28/10/2009

J'ai adoré ta prose.
Je dois encore attendre 10 ans ???
Mon teint se hatera-t-il avant de se haler ???
Sourire et amitié
Thierry

Écrit par : Thierry Benquey | 29/10/2009

Les commentaires sont fermés.