20/09/2009

AUTOMNE PRINTANIER

                                                                                A TOI ET A ELLE

  

frene_chutefr

 

Mes feuillets d'Eros tombent

En ballet posthume

Vers les catacombes

De ton coeur-enclume...

 

  

Feuillets merle ou blanc colombe,

Tu balaies leurs promesses

Et fins remords en trombe-

L'oeil où tes larmes paressent...

 

  

Car en vrai tu n'as cure,

Enflure aux tranchants blâmes,

Des entailles aux nervures

Après tes vagues à lame.

 

 

  

Mais des feuillets repoussent,

Printemps d'un autre amour,

Les limites en eau douce

D'un art au libre cours...

 

  

Mon frêne est frénétique,

Car on y grave en pieds

Le choeur pur et sismique

D'une ange, vive écorcée...

 

 

Maître-atoll de chorale,

Elle envoie ses oiseaux

D'encre musicale

Allumer mes rameaux.

  

 

 

corail_cc04corail2
photos source inconnue
 

 

edouard_divers22

21:15 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

Commentaires

On ne prend pas les même mais on recommence... pratique... mais trop cuit !

Écrit par : Clémentine | 20/09/2009

très joli poème d'automne, il est vrai que nous y sommes !

Écrit par : josiane50 | 21/09/2009

beau dialogue! j'ai eu plaisir à relire en intercalant le vert au blanc. j'adore ce style Edouard! il fut un temps, sur hypomanes, où tu écrivais en duo! j'écris çà et du coup j'ai envie d'y repasser:)!
bises, belle journée l'ami!

Écrit par : mimi | 21/09/2009

Ceci n'est pas un duo Ce poème s'adresse à deux personnes, et j'utilise une couleur pour l'une et le vert pour l'autre qui symbolise le printemps.
Contrairement au texte précédent, ce poème n'est pas récent. Il date de 2004.

Écrit par : Edouard | 21/09/2009

j'avais compris... que ce n'était pas un duo:)! je parle des duos sur hypomanes que je n'ai pas pu voir, sauf le dernier texte:(!
le vous: oui, j'ai pratiqué longtemps avec mon dernier amour (il n'y en aura plus d'autres), c'est délicieux!

Écrit par : mimi | 21/09/2009

Mais tout "hypomanes" est encore en l'état, Mimi. Ce blog ayant buggé, je ne peux plus rien y changer. Je n'ai écrit qu'un duo sur ce blog en fait: "Vipère au point final". Que je reposterai peut-être aux environs de la Toussaint.

Écrit par : Edouard | 21/09/2009

bonsoir Edouard toutes les saisons sont belles tous les jours ont de beaux instants, je suis perdue moi Edouard !!! ben oui parfois j'ai des problèmes avec la poèsie

oui je vais bien toujours il faut j'ai la faculté d'oublier très vite le mauvais et ne garder que le bon
j'espère que toi aussi tu es en grande forme, j'ai lu quelque part que tu chantais donc que tu n'avais pas trop mangé, mais je ne sais plus où j'ai lu ça

grosses bises Edouard

Écrit par : nays | 21/09/2009

Très joli ... et parfaitement coloré d'un 21 septembre.
Amitiés
Jean-Pierre

Écrit par : L'Enthousiaste | 21/09/2009

Bonjour Edouard C'est toujours un plaisir de te lire, et de te relire, car si j'ai bonne mémoire, ce poême était sur ton premier blog.

Bisous Edouard, merci de ton passage

Bisus
Marie

Écrit par : Marie | 22/09/2009

Coucou Edouard, Pour te souhaiter une bonne
aprés-midi,en ce premier jour
d'automne,qui va parfaitement
avec ton écrit .... Bisous à toi,
Mimi.

Écrit par : Mimi du Sud | 22/09/2009

Je trouve beaucoup de "charme"(lol) à la partie en vert. Elle est délicieusement tendre et douce, comme "Elle" peut-être. Sourire. Dans la semaine je posterai pour te faire un gentil écho un texte qui s'appelle...bin: l'Arbre!!! tiens! ;)

Bonne soirée Edouard

Écrit par : Désirée | 22/09/2009

Que c'est beau... le dernier quatrain est particulièrement réussi mais le reste aussi! Un poème éclatant en images originales, oniriques... Toute une germination de l'inconscient; bravo!

Merci beaucoup pour tes passages sur mon blog; je repasserai te lire; je suis très prise en ce moment par ma vie professionnelle; aussi je repasserai reposée et au calme..
Bises amicales

Écrit par : MULLER Geraldine | 22/09/2009

Bonjour Edouard,
Revivifiante sève pour tonifier un frêne en délire ,qu'une lame d'archange a effilée ,passereaux curieux du bout de leurs rémiges t'éfleureront.
Bises .

Écrit par : Françoise du 80 | 22/09/2009

Blanc comme le cri du souvenir ou vert au renouveau, douce musique.

Écrit par : Vieux marmot | 22/09/2009

Sans vergogne je te "pique" ça: "vive écorcée" ça me plait trop! ;op

Je me le mets de côté pour plus tard. Tu m'en veux pas?? Je rendrai à César de toutes façons...

Écrit par : Désirée | 23/09/2009

Où il y a du chene, il n'y a pas de plaisir. Tu nous effeuilles les hetres, les fresnes et bientot nous aurons du bouleau. Je me promène avec plaisir dans tes forets printanieres et automnales. (ou aux tons males?)
Amitié

Écrit par : Thierry Benquey | 24/09/2009

Un très beau poème... ... ainsi que Les Vers sombres que j'ai lus; beaucoup de richesse musicale et imagée; tu décris de faço subtile, ténue la lente évolution d'une histoire d'amour et en sourdine, la tristesse d'une séparation, d'un amour qui s'endort.
Merci pour vos coms chez moi qui sont si intéressants et dont je lis avec plaisir la sensibilité et l'humour.
à très bientôt Edouard,
bien amicalement
Géraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 08/10/2009

Les commentaires sont fermés.