18/09/2009

L'ARBRE ET LE FOU

 

- Dis-moi, être solitaire, vibres-tu quand le vent te caresse les cheveux ?

- Je ne vibre plus depuis longtemps, mon bonhomme. Fini le temps des cheveux au vent. Je suis un arbre à présent, un hêtre au seuil de l'hiver. Un être avec un H. Mais je n’aspire plus à rien, sinon le repos de l’âme et de la sève.

-  N’as-tu jamais envie de courir les sentiers pour connaître la frictions des écorces ?

- Je risquerais de me planter. Et de toutes façons, planté je le suis déjà. Dans l’immobile solitude, et parfois je m’y sens bien. Bien de ne plus rien connaître. Dressé vers le ciel sans lui poser de questions, et sans en attendre rien.

- Tu dis ça d’un ton impassible... A ta place, je m’ennuierais ferme. J’aurais au moins un mot gentil pour l’arbre voisin. Un peu de civilité, un peu de solidarité que diable !

-  Mais tu n’es pas à ma place ! Tes projections ne servent à rien. Tu es un homme venu d’ailleurs et moi, j’appartiens au monde végétal. Toute comparaison d’ordre moral ou philosophique me semble superflue. Et puis, qu’es-tu venu faire en ce bas-monde, ce monde plus bas que tout parfois?

-  J’ai fui ma planète lointaine, où les chênes faisaient la loi, où la liberté n’existait pas. Les chênes là-haut ont le pouvoir de prendre leurs racines à leur cou, et nous courir après si on tente ne fût-ce qu’une esquisse de parole un peu libre et folle. Alors, avant d’être enchêné, muselé, camisolé comme un traître de la raison, j’ai pris le premier frêne venu, appelé Schizo, et j’ai décollé en feu d’artifice pour m’épanouir parmi vous.

-  Je comprends mieux maintenant. Je suis l’arbre qui parle en toi. Cette force et cette stabilité d’esprit qui te font défaut. Je suis métaphore vivante et parenthèse de lucidité poétique.  Tu aimerais que je te suive pour que cessent les délires qui te déracinent et la médication qui finira par t’abattre dans un état de larvitude, où tu végéteras plus que moi. Car moi, c’est ma condition d’arbre, et on me prend tel quel, sans me juger.

 

edouard_divers22

 

11:30 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour à toi Mon cher Edouard très joli dialogue
L’énergie renaissante je passe te dire bon week-end et belle semaine en espérant le retour du soleil après cette pluie bénéfique
A bientôt
Bisous doux
COCO !
http://cedricangel.skynetblogs.be

Écrit par : COCO! | 18/09/2009

Bonjour,
Je vous remercie de vous être arrêté un court instant sur mon blog et d'y avoir laissé un commentaire...
On devrait prendre exemple sur cet arbre qu'on prend tel quel, sans le juger... Mais utopie que de penser cela...
Bon we...
Petite Lune

Écrit par : Petite Lune | 18/09/2009

Un beau jour, un grand jour viendra peut-etre où les bucherons pourront parler avec les arbres, en attendant, laissons la place aux poètes et philosophes.
Amitié
Thierry

Écrit par : Thierry Benquey | 18/09/2009

Coucou Edouard, Ouf!! je viens enfin sur les blogs de mes amis,
aprés avoir eu un superbe orage sur notre ville...
Bonne aprem à toi,Bisous,de Mimi
(j'ai adoré me ballader dans
ces jardins de Bercy,
et avant de partir le lundi,je suis retourner pour
voir encore ce beau paysage fleurit.)

***
Les arbres apportent oxygène, ombre, et beauté au paysage. Forces de la nature ils s'élèvent, centenaires, au-dessus de nos têtes.
***********************
Les caresses sont aussi nécessaires à la vie des sentiments que les feuilles le sont aux arbres. Sans elles, l'amour meurt par la racine.
***********************

Écrit par : Mimi du Sud | 18/09/2009

Entre fantastique et philosophie... j'étais étonné. C'est autrement mais c'est surprenant aussi... Un dialogue qui laisse à réfléchir... Remarque chez toi on ne ménage pas ses méninges... J'ai aussi beaucoup aimé ce style...
Que vos voix s'élèvent haut et fort ce week end.... Avec le vent qui souffle elles parviendront peut être jusqu'à moi....


Écrit par : Or | 18/09/2009

aah! Si seulement on pouvait être accepté tel qu'on est sans jamais être jugé!
Cette journée à été une journée humide, mais riches en sentiments.
Demain c’est le retour, dimanche, une journée bien remplie pour la rentrée.
Je serai peu présente ce weekend. Mais je ne t’oublie pas.
Je te souhaite un agréable week-end, et te dis à bientôt pour encore quelques photos et souvenirs de ce séjour dans le sud. Bisous

Écrit par : SOLEDAD | 18/09/2009

c'est beau Edouard! il y a beaucoup de poésie dans ce dialogue et d'humilité dans la condition d'homme face à la nature. j'adore ce style.
je t'embrasse Edouard. j'ai écrit un texte pour une amie, décoré, orné, en espérant faire plaisir mais là j'avoue, je suis vidée! alors au lit de bonne heure.

Écrit par : mimi | 18/09/2009

Kikou Edouard Un petit coucou,un petit bisou
pour te souhaiter une bonne aprem,
sous la pluie et les orages sur mon
Midi.Mes amitiés,Mimi.

Écrit par : Mimi du Sud | 19/09/2009

Bonjour Belles métaphores, et moi quand on me parle des arbres...j'ai la feuillée qui vibre.

Comment était le spectacle Edouard?

Écrit par : Désirée | 19/09/2009

Quelques mots pour te souhaiter une agréable journée…Mais il sont moins beau que les tiens !
Quoi de plus agréable de venir dire bonjour aux amis avant de passer la journée en bord de piste pour la dernière de la semaine
Bisous et bon dimanche

Écrit par : Chadou | 20/09/2009

Schizo-frêne Bonjour Edouart,
Une spendide métaphore, je découvre un philosophe qui s'enracine mais pourtant vibre et frémit aux vents de la déraison
Bises
Marcelle

Écrit par : marcelle Pâques | 20/09/2009

comme mes amis d'eiffel, je suis un arbre, il pleut des cordes...

pourvu que la sève de l'écriture continue de te parcourir pour nous donner le plaisir d'encore et toujours pouvoir te lire...

très chouette j'adore passe un très bon we et a la prochaine bye

Écrit par : ~?~ | 20/09/2009

Changement de style Edouard, quel beau conte philosophique avec ces petites pincées de calembours qui font la particularité inégalable de ton style, j'aime beaucoup ! (Cela m'est plus accessible, je l'avoue car les jeux de mots à tirs de carabine me chamboulent un peu parfois).
Bisous et bon reste de de dimanche de fin de saison

Écrit par : Saravati | 20/09/2009

Bonsoir Edouard tout d'abord merci pour ton commentaire chez moi !
là je lu deux de tes textes et ils sont superbes !
j'ai adoré celui-ci
ravie d'avoir découvert ton blog édouart et j'admire beaucoup les personnes qui écrivent et vous prennent les tripes !
c'est aussi le cas quand je passe chez mimi "et puis la vie" là les larmes me viennent souvent d'ailleurs
bisous passe une bonne soirée

Écrit par : Anne | 23/09/2009

Original, très original... ce poème en prose sous forme de dialogue; de très belles phrases comme "Je suis métaphore vivante et parenthèse de lucidité poétique"; entre autres! j'ai lu aussi quelques uns de vos vers sombres... que j'aime beaucoup! J'y reviendrai...
"L'amour est aveugle et sa canne est rose": une excellente phrase qui fait "tilt"; on peut rayonner et être aveugle soi-même; je vous souhaite une excellente semaine Edouard et je repasserai lire avec attention vos "vers sombres".
Bises amicales
Géraldine

Écrit par : MULLER Geraldine | 29/09/2009

on plonge vraiment dans récit on vit avec les personnages et l'on attends la chute qui viens a point comme un fruit de cet arbre, bien murit et qui tombe a pic... excellentes métaphores ! poésie mêlée d'une histoire narrée avec subtilité et d'une finesse quant a la désignation de l'accusé : soi même ! un arbre enraciné vit en chacun de nous et c'est en le mien que je puise mon identité et ma personnalité ! bonne continuation cher ami

Écrit par : Hakim | 30/09/2010

Les commentaires sont fermés.