30/07/2009

AU SALON DE THE

 

 

aaaaaaaaaaaaa-1o

 

Régal d'aisance que ce tea-time, régal des sens aussi. En matière de volupté Darjeeling , on roule au super, et ta subtile essence féminine réveille en moi des saveurs de musc épicé avec arrière-goût sucré. Car ce plaisir n'a rien de primaire, et ses nuances, ignorées sans doute par les clients attablés non loin de nous, sont le fruit d'un savant mélange d'intuition, de poésie instinctuelle et d'un goût certain pour le Happening.  Le goût du risque aussi. Mes caresses qui s'égarent entre tes cuisses, guettant les moiteurs les plus onctueuses à ma fringale de toi, ont le don d'éveiller des frissons de chair dont le duvet se dresse à deux doigts des lèvres goulues. Mais tu sais te tenir, et goûtes la religieuse comme si de rien n'était. Tout en écartant légèrement les cuisses, tu gardes l'oeil rivé aux petits anges en vitrine. Des anges comme le temps qui se suspend sensuel, un peu comme ce mouchoir qui s'en va sans remous choir et se pose entre mes Weston en un tour de passe-passe-passe bien à toi : passe le minois sous la table, passe les doigts sur le zip,  et passe la langue à mon cornet de classe inversé. Et gâte les orphelines à la framboise au passage..

J'affiche un faciès impassible, on me croirait marbré dans quelque songe ou fixation.  La serveuse, qui  nous sert deux autres Darjeeling, se penche et laisse entrevoir des globes prometteurs, dont mes doigts de navigacteur-metteur en chienne feraient bien le tour.  Mais ta langue n'est pas de bois, et pendant qu'elle s'affaire en dessous de table , je mets au vert ma grisaille  et mon feu de sexgnalisation. Il est temps d'embrayer sans  réfréner nos appétits pâtissiers: je te fouette aux lèvres d'un blanc de crème à t'en pourlécher les commissures, et je sussure un merci de saccharine à la serveuse, comme pour déjouer son attention. Un ange passe, et d'archange fier et droit, mon membre se chérubine. Modestie post-éjac'.

 

Allons femme, redresse-toi.  Trop de génuflexion, sans  moi derrière, nuit au plaisir. En regagnant la chaise avec dans l’œil mille décadences felliniennes, tu me dévoiles à dessein ton absence de dessous chocs, et ton  pare-chochottes m’inspire d’autres plaisirs coupables à croquer, viril tel un Adam qui crache au ciel sa feuille de vigne mâchée.

Bientôt, mon encensoir sacrificiel  en puissance ne tient déjà plus en place : en clair, ça gigote à nouveau dans le boxer. Ne nous traînons plus en langueurs qui nous font baver comme des cadors en chaleur.. Allons viens, direction le Sacré-Chœur où je flatterai ton cul non moins sacré. Et je sais y faire, un don divin m’ont dit quelques chrétiennes adultères. Moi je les crois sur parole, et je giclerai sur l’autel  de tous les délices et  dans ton fruit fendu  l’offrande immaculée, au septième arc-en-ciel de tes cambrures et  poses écartelées...

 

edouard_divers22

 

 

 

 

 

 

 

 

13:15 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (14) |  Facebook |

Commentaires

Merci à Or de m'avoir donné l'idée de cette image et de ce texte suite à son poème "Tea Time".

Écrit par : edouard | 30/07/2009

Bien sûr vu comme ça, prendre le thé devient très très interessant.... et du coup, si on le boit froid trop occupé à autre chose, quelle importance... en grande forme Edouard, en grande forme !!! Coquinerie très à mon goût... perso mon thé préféré reste le Darjeeling...
Bonne journée ! Mucho calor...

Écrit par : Or | 30/07/2009

(je souris) au départ ohhhh le salon de thé endroit que ma mère adorait fréquenter ...la suite..
jeune je fumais du thé au jasmin ...
bises Edouard

Écrit par : nays | 30/07/2009

j'ai appris a apprécier l'autre blog, mais je ne peux m'empêcher de venir te lire ici, ça réveille le peu de cellule grise qui me reste =D
bye bye amigo

Écrit par : ~?~ | 30/07/2009

Bonjour Edouard... Et oui nous sommes vendredi….Mais, je ne sais pas si j’aurai l’occasion de passer mettre mon petit mot chez toi les jours prochains, car nous partons tantôt d'abord pour Francorchamps c'est samedi le grand barbecue de l'amical (acsf) et lundi matin, nous partons pour le pays des tulipes avec nos amis du Mans…pour une bonne semaine je serais donc sans blogs tout ce temps !
je ferai de mon mieux pour me connecter mais mon mobil connect ne doit pas fonctionner en Hollande donc je trouverais tes petits mots à mon retour
Je te souhaite une agréable journée…et déjà un bon weekend
Gros bisous et à bientôt

Écrit par : Chadou | 31/07/2009

Kikou Edouard Et bien je vais encore apprécier le thé,
le thé qui je crois fais merveille sur les sens.
Texte trés coquin,sensuel aussi,une pure
merveille.Bonne journée à toi,bisous de Mimi.

Écrit par : Mimi du Sud | 31/07/2009

Bonsoir Edouard. Je m'aperçois que je n'avais pas encore apprécier le thé à sa juste valeur.
Faute avouée est à moitié pardonnée, je m'y met de suite ... au thé.
Bonne soirée, amitié.

Écrit par : Electron libre | 01/08/2009

Hello scène de vie entre St Dona et Knopes...lOL
Je te souhaite un agréable weekend, chaleur, pas d'orages si possible et le bien être de son chez soi. Bisous.

Écrit par : SOLEDAD | 01/08/2009

Les vapeurs d'orages belges mêlées à celles du thé sont très, très chaleureuses, je vois

Écrit par : Mireille Delrieu( Po.M) | 02/08/2009

Bonjour Edouard Avec la grisaille sur toulon,et mon mal au dents,
je passe quand même faire un petit coucou à mes
amis blogueurs qui pensent à moi et à mon blog
bon lundi à toi
Bisous de Mimi.

Écrit par : Mimi du Sud | 03/08/2009

Et bien mon cochon... faudra que je me remette au darjeeling. Remarque l'Orval du mois passé, c'était pas mal non plus avec la Mathilde qui était revenue chercher sa bague...

Écrit par : scriptmich | 04/08/2009

Chaud chaud chaud cacao, chaud chaud chaud Nicolas....qui fait son show, mais boit du thé.

Écrit par : X | 06/08/2009

On dirait bien que l'ogresse a un grand frère! ^^

Tu as la "verve en feu" Edouard!

Écrit par : Désirée | 08/08/2009

Nom d'Eros, quelle charge hormonale d'inspiration ! Bon dimanche à toi l'artiste.

Écrit par : Marc D. | 09/08/2009

Les commentaires sont fermés.