10/05/2009

A L'ENCRE SYMPATHIQUE

 

vide

 

Je marchais libre de moi,
Sans une ombre et sans écho;

Le vide étincelait, roi
De trèfle à quatre in-folios.
 
Quatre feuilles et quatre points
Cardinaux qui se replient
Sur l'inconnu sybillin
De tables rases, ambroisie!
 
Nectar de l'oubli somnam-
bule et cocon solitaire,
Oubli de litres de sang-
sibilité délétère:
 
Mon sang d'encre versé pour
Quatre ex en quatrains-suppliques...
Béni soit le blanc des jours
Où l'encre fuit sympathique.
 
Perdant le nord, délesté
Des rideaux rouillés de fer
A repasser le passé,
J'exsude, à l'ouest, un  sang clair.

 

edouard_divers22

 

15:13 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

Commentaires

Un hymne à la folie, à la raison qui s'efface comme cette encre qu'on appelle communément "sympathique".
J'aime les analogies entres les in-folios et ces ex qui ont compté, et qui se replient pour laisser place à l'inconnu. Heureux de lire un texte un peu plus compréhensible...vos poèmes étant parfois d'un hermétisme qui m'échappe.

Écrit par : John Plough | 10/05/2009

hello A part le rouge aux fêtes, je ne bois jamais...ah bon ...ce que j'écris te plaît, pourtant quelles différences fondamentales nous séparent !!
Il y a peut-être le point commun d'un QI "élevé"(car tu ne te maquilleras pas en ce sens avec moi!) mais la traduction en mots est assez éloignée de la tienne à la mienne!
Ah oui j'aime aussi la blanche citron;-)

Écrit par : zabou | 10/05/2009

la vie n'est qu'une perte totale du nord des sens... la vie est perdue a jamais....
hasta la proxima

Écrit par : ~?~ | 10/05/2009

Un de mes préférés. De superbes formules telles "...roi
De trèfle à quatre in-folios" ou les "litres de sang-
sibilité délétère". : De la sensibilité tu n'en manques pas, de la finesse non plus ...

Écrit par : Or | 10/05/2009

Coucou Bonne semaine à toi j'espère que tu as passé un bon week-end :)

Joli texte

bonne fin de soirée kiss kiss

Écrit par : Marah* | 10/05/2009

bonjour Edouard! je ne te dirai rien, que j'aime moins mais peu importe, c'est trés bien aussi:)!
as-tu remarqué que je recommence à laisser des coms? c'est qu'a disparu le sentiment d'obliger les gens à venir commenter ma poésie. peu m'importe, qu'on vienne sur mon petit blog ou sur 4 mains, qu'on y laisse un mot ou pas, je me suis détachée de ce fait. je suis plus à l'aise parce que je ne sais pas toi mais j'ai le sentiment que les gens me rendent la politesse sur 4 mains alors que mes textes, bof!!!!
je t'embrasse! bonne journée Edouard l'Artiste!

Écrit par : mimi | 11/05/2009

sympathique poème ! Je viesn de lire ton poème à l'encre sympathique, je l'ai bien aimé ! ça me rappelle mon "joker' papillon !

Écrit par : david | 12/05/2009

Je marchais libre de moi,
Sans une ombre et sans écho

Ainsi pourrait commencer un livre. Superbe phrase. Te la piquerais bien...
Sourire.

Écrit par : Thierry Benquey | 14/05/2009

Je marchais libre de moi, voilà qui ferait un prologue à une promenade en solitaire!!

Écrit par : stephanie gaou | 14/05/2009

Les commentaires sont fermés.