09/05/2009

DEGLINGUE

 
Marinetttrooop

 

Marinette a

Son lustre passé

Dans le détroit

Des Noeuds Coulés...

 

Son homme éti-

rant la nuit d'un an,

En lustres d'ennui...

P'tit fourreur sans

 

Levain qui se lève

Avec les moules

A gaufres, et crève

La mie de boules

 

En vers d'un bleu

Trop marginal,

Juste milieu...

Ou l'ami râle.

 

C'est plein de toiles

Chez Marinette,

D'escarres navales,

C'est jour-défaite,

 

De chiffons pour mieux

Moucher les cierges

Nus qu'elle asperge...

Crachin blueseux.

 

Son ciel étoilé,

Même en gamberge,

N'est pas tissé...

Fil de la vierge.

 

Dans le plafond,

Une araignée...

Trois mouches au menton

Mal dessinées...

 

Ainsi fait fait

La fêlée mygale,

Trois p'tits fours et

Les mouches avale.

 

Quand rien ne va,

Faut s'esquisser

Des ailes qui dansent,

 

Ou pointiller

Comme en taffetas,

Son noir silence...

 

Quand talent plat,

Se faire croquer

-C'est pas de chance-

 

La mouche à leurre

(De l'escrimeur)

Par une épeire

Folle ou ses pairs,

 

Qui se pavanent

Mygalomanes.

edouard_divers22

 

15:01 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

C'est déglingué chez Marinette dis-moi... un peu comme chez toi.
"Quand rien ne va,
Faut s'esquisser
Des ailes qui dansent,
Ou pointiller
Comme en taffetas,
Son noir silence..." et forcément après ça va beaucoup mieux.
Tu n'as de cesse que de m'étonner un peu plus chaque jour...
Bonne journée Eoduard !

Écrit par : Or | 09/05/2009

bonjour Edouard chouette pour la fan d'araignées que je suis, tiens me fait penser à un film faudrait que je me rappelle du titre...
bon dimanche Eddy
grosses bises

Écrit par : nays | 10/05/2009

Les commentaires sont fermés.