06/05/2009

UN AUTRE HOMME AU COUTEAU

 

 

L’homme s’entaille un doigt pour vérifier le tranchant de l’arme. Puis, léchant sa plaie couleur amour et couleur colère, descend l’escalier sur la pointe des pieds tel une ballerine aux timides entrechats.

 

Sa clandestine amie, alanguie dans les bras de Morphée, gît sur le dos, nue et lèvres écartées,  mais  sans ronron d’apnée jouissive.

L’homme se glisse par la porte entrebaîllée,  main sur la bouche pour étouffer sa respiration qui siffle des couleuvres mal avalées.

 

Il se dirige à pas feutrés de loup-garou dans la remise baignée de rayons lunaires, puis, arrivé à hauteur d'un lit muet, brandit l’arme blanche et luisante au clair de l’astre.

 

En l’éclair d’une semi-seconde, il crève la coupable de ses déboires conjugaux : Sandra la Plastic Doll se dégonfle, et l’homme reprend son courage à deux mains pour l’emballer d’aluminium fidèle et l’apporter, esprit brouillé mais plus zen, à sa tendre épouse et leur camisole de bonheur.

 

edouard_divers22

20:50 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Je ne peux que rire... Et l'image de cet homme au couteau descendant les escaliers "tel une ballerine aux timides entrechats" est excellente.

Écrit par : Or | 06/05/2009

Votre chef-d'oeuvre, monsieur..in my opinion of course

Écrit par : John Plough | 09/05/2009

Une vision bien spectaculaire. Mille révérences à la fantaisie, au style et à l’esprit créateur. Comme on dit les mauvais couteaux coupent les doigts et laissent le bois et vice-versa,)

Écrit par : Hayden - Money Game | 20/06/2009

tu remues toujours aussi bien le couteau dans le play.

Écrit par : hervé pizon | 14/08/2009

Les commentaires sont fermés.