27/03/2009

SOLEIL AU MENU 1997

 
oeufauplattre

               I

Place au sel je suis

Presque neuf, hop-là!

Me faire aujourd'hui

Bouffer,  je veux pas...

 

Nul besoin demain

Pour joindre les bouts,

Du plein quotidien

D'argent qu'ont les fous...

 

Fous de la besogne,

Bourreaux sans griefs,

Cerveaux qui s'éborgnent

Aux compas des chefs...

 

Ils sont tous perdants,

Le coeur qui se vide,

Et, l'amorce aux dents,

Acceptent la bride...

 

Ils n'iront pas loin:

L'argent, c'est l'amorce;

Perdront en chemin

Ce qui fait la force

 

Du grand voyageur

Fou, sans maître à bord,

A qui ne font peur

L'amour et la mort...

 

Ils n'iront pas loin...

Sous un noir clocher,

Sangleront la main

De leur mal-aimée...

 

Sous-fifre à son tour

A tant dire "Amen"

Au lit comme au four,

A son faux mécène

 

Qui compense à plat

Les humiliations

Des boss au sang froid,

Par l'amour-frictions.

 

         

           II

 

Passez-moi plutôt

Le sel pour aller

Piquer à vau-l'eau,

Pique-niquer ma fée...

 

Fée de logiciel

Sachant se mouiller,

Qui déloge au ciel

Des ourses bien léchées...

 

Hors-catégorie

Au sans maître nage,

Libraire engloutie

En mes tristes pages...

 

Clitariste aussi

D'un rock incisif,

En flux d'énergie

Brisant les récifs...

 

Danseuse air canaille,

Samba Calypso;

Tremblent mes entrailles,

Tintent ses grelots...

 

Pêcheuse de perles

En apnée béate;

Sifflée par les merles,

Grivoise écarlate...

 

Timide à ses heures

En skaï et jarretelles;

Miss Terre à toute heure

Pour moi, gueux partiel...

 

Nous irons très loin,

Sans rapport de forces;

Loin devant les goin-

fres gobeurs d'amorce.

 

edouard_divers22

 

 

13:02 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

Commentaires

C'est un menu très alléchant du moins pour la deuxième partie. J'adore toujours autant ta façon de parler des femmes qui te font ou t'ont fait vibrer. On peut les remercier rien que pour l'inspiration qu'elles t'ont données. Pour la première partie, l'argent ne fait pas le bonheur c'est évident, pourtant parfois il permait de gagner en liberté d'action : non ?
Belle soirée à toi Edouard !

Écrit par : Or | 27/03/2009

halala! c'est difficile! bon, je dirai que je préfère la 1ère partie! plus poétique et moins hum hum:)))!
mais non je ne suis pas prude Edouard tu sais bien mais la musicalité s'essouffle un peu en 2. ne m'en veux pas surtout, mais à force de t'oindre on te ferait perdre ta faim! là tu me parais par contre avoir un solide appétit!
bonne soirée mon ami, bises!

Écrit par : mimi | 27/03/2009

Je ne connaissais pas la clitare et j'ai bien ri. Grace à toi mon savoir s'étend ou s'étendra clito ou tard. Rire
Applaudissements pour sieur de Bouillon
Amitié
Thierry

Écrit par : Thierry Benquey | 27/03/2009

ERRANCES Mais comme la deuxième partie m'a emballée !!!
Tes mots j'adore, tu le sais, et je te reconnais bien là.
Là "mystère" de tes mots ou maux.
Quelle miss cette terre !
La bise Edouard.
- Mèl -

Écrit par : Mèl | 28/03/2009

Y'ad'la trouvaille dans tes entrailles, vieille canaille dont je ne souhaite pas pour autant la mort dans un périlleux arrière saut à l'assaut des moulins des mauxmots. (parce que j'ai lu tes deux derniers textes d'affilée et sans filet)

Écrit par : Vieux marmot | 28/03/2009

Kikou C'est un bon menu ou l'oeuf, est un peu brouillé, mais j'aime cette poésie, coquine et alléchante
Miam miam
Bisous

Écrit par : Marie | 29/03/2009

Tu n'as pas besoin d'aller voir d'oeuftalmologue,
tu vois très bien où est le sel de la vie toi :-)
J'aime beaucoup la 2ième partie qui tire la langue à la première !
Bisous Edouard, à bientôt :-)

Écrit par : Loo | 29/03/2009

Je vous découvre et quel talent...:rapidité, clarté et volupté, terrible!

Écrit par : Zabou | 30/03/2009

Les commentaires sont fermés.