21/07/2008

TETE BASSE

 

ertreuipre

 

 

 

 

  Par les sentiers battus, plus tuba que flûteau,

L'homme à cran d'art est lourdé comme un fardeau.

 

Car il rechigne à se coulisser dans les gonds

Des porcs taille XXL, porches en armé béton.

 

L'homme accro d'air libre a la fibre de Verlaine,

Un cocasse évasif aux éclats porcelaine

 

Que l'on rit, que l'on moque en raseurs de moquette,

Que l'on flic flac floc dans la boue, que l'on déjecte

 

De balcons pigeonnants, d'opulences en coquilles,

Où l'on mit graines aux becs de fièvre qui grappillent.

 

L'homme à tous crins peignerait des cheveux de fée,

Mais la hiérarchiasse a sa palette encrassé.

 

A sec sur la paille, il cueille alors un fétu

Pour souffler dans l'éther ses paradis perdus.

 

Bulles au crâne, impuissant tout bas loin des flûteaux,

L'homme abat sa muse, puis se muselle en troupeau.

edouard_divers22

 

 

 

 

11:21 Écrit par EDOUARD dans Général | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour, Très joli texte Edouard, comme à l'habitude...
Que cette semaine t'apporte un lot de bonnes choses et beaucoup de bonheur.
Un peu de soleil aussi peut-être...
Bisous à bientôt

Écrit par : SOLEDAD | 21/07/2008

Oops Edouard Ce poème est à la fois si puissant et si sensible.
On dirait que nous avons eu un besoin de liberté le même jour, mais chacun à notre manière car toi tu es un grand artiste.
Gros bisou à mon Âmi artiste.
Yasmina

Écrit par : Yasmina | 21/07/2008

Salut Edouard ! Dur, dur ce matin... Il faudra que je repasse pour apprécier ton texte. Encore une histoire de neurones défectueux sans doute...

Bonne semaine.

Écrit par : Rafaël | 22/07/2008

Oups ! Ton commentaire a été supprimé (trop explicite dans le titre - ça gâche un peu le jeu). Pourrais-tu reposter ton commentaire sans mettre la (bonne) réponse dans le titre.

Merci pour ta compréhension.

Amicalement,

Écrit par : Rafaël | 22/07/2008

Re oups ! A la sixième ligne il faut lire "E I".

Quand je te disais ce matin que les neurones n'en font qu'à leur tête.

Merci d'être revenu poster la bonne réponse et désolé de t'avoir enduit d'erreur (lol).

Écrit par : Rafaël | 22/07/2008

*oo* Il y a de l'or sous les sabots de cette mule... je parle de Tom Waits bien sûr ;-)
Quoique dans tes textes aussi ;-)
que de super jeux de mots !!

Bisous Edouard, à bientôt :-)

Écrit par : Loo | 22/07/2008

Tom Waits hein? çà ne m'étonne pas mais je le préfère dans le calme, hold on par exemple qui je crois fait partie de cet album?
ce texte que je n'ai même pas cherché à comprendre tant il m'est musique, je l'adore! une belle ambiance.
bises Edouard.

Écrit par : mimi | 22/07/2008

Intime douceur... ...Bonsoir trés cher Edouard, tu en redemandes? et bien viens.........(pensée pour toi)
A trés vite...je t'embrasse
Bonne nuit
Ps: un texte trés dur mais toujours aussi puissant.

Écrit par : Ethae | 22/07/2008

Je suis un toutou de luxe, bichonné par une vieille bourgeoise, promené dans le quartier chic à heures fixes, poudré, fringué ridicule en hiver, et je comprends votre désolation.

Écrit par : Mirza | 23/07/2008

Bonjour Edouard.. flic flac floc dans la boue, comme tu y vas !
J'aime beaucoup ton langage imagé...
Bonne après-midi et à bientôt

Écrit par : Chadou | 23/07/2008

Très beau je trouve ça très très beau, je vais certainement passer pour une imbécile mais je ne comprends pas " Bulles au crâne, impuissant tout bas loin des flûteaux"que voulez-vous dire par là? Par ailleurs c'est trés musical.

Écrit par : A | 23/07/2008

les bulles, c'est de l'air, et aussi des zéros, d'où l'idée d'où l'idée de nullité, d'impuissance.

Écrit par : Edouard | 23/07/2008

la haine du coeur doit sortir par la bouche ou la plume!!!!
merci pour tes nombreuses visites
bye bye

Écrit par : ~?~ | 23/07/2008

Bien le bonjour ! Merci de ton passage,bonne fin de semaine,et cogite bien pour le suivant ! @+!

Écrit par : Libra | 24/07/2008

Salut l'artiste, Les mots se chocs, s'entechocs, bien joli cela, et très parlant,
Je vois que ta plume est allègre en ce moment, continues à nous émerveiller,
Mille bisous
Marie

Écrit par : Marie | 24/07/2008

Oui je reviens te lire c'est avec plaisir que je viens te faire un petit coucou, j'espère que tu as passé une agréable semaine,
je te souhaite un doux week-end avec du soleil si possible,

Bisous, trisouilles
Marie
http://refletsdamour.skynetblogs.be

Écrit par : Marie | 25/07/2008

cOucOu cher Edouard toujours du mal à te suivre alors moi j'aissaie de pacer les mots autrement mais c'est pas mieux mais pourtant j'adore tes mots je vais y réffléchir encore (lol)
C’est le cœur rempli de soleil pour toi que je passe te dire bon week-end et super semaine comme le temps passe vite…
Dis moi connais tu ma Vendée de France ? ? ?
A bientôt avec mille bisous.
COCO !
http://cedricangel.skynetblogs.be

Écrit par : COCO ! | 25/07/2008

Tu fais de la musique avec des mots. J'ai apprécié.

A bientôt !

Écrit par : Brigitte | 25/07/2008

Le Diable n’existe pas, c’est juste Dieu qui est bourré

Écrit par : Fée lidés | 28/07/2008

Merci pour ton "non jugement" de ce que je suis ...
Tes écrits sont comme une excursion lunaire.

Écrit par : Azel | 28/07/2008

Bonjour, Un petit coucou pour voir comment tu résistes à la chaleur de ses derniers jours...lol
ET te donner par la même occasion mon nouveau lien.
J'en avais un peu marre de ramer des heures pour arriver à poster quelque chose, et pas de réponse à mon mail en plus. J'avais refais un nouveau blog ici, et le problème recommençait...
Bonne fin de journée; Bisous

Écrit par : SOLEDAD | 30/07/2008

Tu as vraiment l'art et la manière de transformer des moments désagréables en mots qui claquent et dégomment tous les faux-semblants. "L'homme abat sa muse, puis se muselle en troupeau" : une de perdue dix de retrouvées !!!

Écrit par : Or | 08/08/2008

Les commentaires sont fermés.